Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Contrat de sécurisation professionnelle: une ultime séance de relecture du projet d’accord programmée le 8 décembre 2014

Les partenaires sociaux n’ont pas réussi à se mettre d’accord à l’issue de la troisième séance de négociation sur le CSP, lundi 1er décembre 2014. La proposition patronale de revoir à la baisse l’indemnisation et de prévoir une prime d’incitation à la reprise d’emploi divise largement les organisations syndicales, la CFDT et FO se montrant particulièrement dubitatives sur le sujet. Si le patronat indique qu’il ne fera pas évoluer ses positions en la matière, il s’engage à présenter un nouveau texte, lundi 8 décembre, à l’occasion d’une ultime et courte séance de relecture.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Contrat de sécurisation professionnelle : opposition syndicale unanime à la proposition de réduire l'indemnisation

"D’après les éléments présentés par la Dares, l’Unédic et la DGEFP, il y a un élément qui pose question : 26 % des bénéficiaires du CSP en sortent avec un emploi durable […]. C’est insuffisant et il faut réfléchir à la performance du dispositif", explique à l’AEF, Jean-François Pilliard, chef de file (Medef) de la délégation patronale, à l’issue de la deuxième séance de négociation sur le CSP, jeudi 6 novembre 2014. Pour ce faire, dans un premier texte, le patronat propose de remettre une prime d’incitation à la reprise d’emploi et de revoir à la baisse l’indemnisation des bénéficiaires en la faisant passer de 80 à 70 % du salaire brut. Si la première proposition laisse globalement les syndicats assez dubitatifs, la seconde provoque leur opposition unanime. Les partenaires sociaux doivent se retrouver le 1er décembre 2014 pour poursuivre la négociation.

Lire la suiteLire la suite