Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

"Les Satt ne cherchent pas à gérer les contrats, c’est à leurs actionnaires d’en décider" (Olivier Fréneaux)

"Les Satt ne mènent aucune action pour récupérer la gestion des contrats de recherche. Elles sont toutes au service de leurs actionnaires, et c’est à eux de décider s’ils souhaitent ou non déléguer la gestion de leurs contrats aux Satt", déclare à AEF Olivier Fréneaux, président de la Satt Sud-Est et de l’association des Satt, jeudi 6 novembre 2014. Il réagit à la suggestion formulée par le rapport sur les investissements d’avenir annexé au projet de loi de finances pour 2015, selon laquelle les Satt devraient augmenter leur activité de gestion des contrats pour compléter les revenus issus de la maturation (lire sur AEF). Olivier Fréneaux fait observer que de toute façon, la gestion financière des contrats "ne génère pas de marges importantes". En revanche, il plaide pour que les Satt soient "impliquées dans la négociation des contrats", voire qu’on la leur délègue "entièrement".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Rapport Beylat-Tambourin : « focaliser les Satt sur la maturation » et « désigner un titulaire unique des droits de PI » des UMR

« La maturation est identifiée comme une étape cruciale pour le transfert, il est donc essentiel, et ce avant la fin 2013, de recentrer les Satt (sociétés d'accélération du transfert de technologie) actuelles et futures sur la maturation avant que les modes de fonctionnement et les équipes ne soient figés. » C'est ce que recommandent (proposition 8), Jean-Luc Beylat, président d'Alcatel-Lucent Bell Labs France, président du pôle de compétitivité Systematic Paris Region, et Pierre Tambourin, directeur général du Genopole d'Évry (Essonne) dans leur rapport intitulé « L'Innovation, un enjeu majeur pour la France : dynamiser la croissance des entreprises innovantes » et comprenant 19 propositions. Il est remis à Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et Fleur Pellerin, ministre chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique vendredi 5 avril 2013. « L'objectif initial des Satt était de soutenir la maturation. Bien qu'issus d'un même cahier des charges, les modèles de Satt actuellement créées présentent néanmoins une forte dispersion de leurs activités, qui ne sont pas de ce fait focalisées sur la maturation », constatent-ils.

Lire la suiteLire la suite