Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°487696

La Garantie jeunes renouvelle le métier des missions locales mais peut fragiliser les équipes (bilan en Lot-et-Garonne)

En Lot-et-Garonne, un des dix premiers départements expérimentateurs, la garantie jeunes bouscule les habitudes des missions locales. Les équipes font l’apprentissage de l’accompagnement collectif et de parcours, soumis au respect de règles et d’engagements, avec des jeunes présents au quotidien, expliquent les acteurs locaux, réunis le 29 septembre 2014 à Marmande pour un bilan d’étape devant le préfet de région. "Totalement investis", les conseillers (deux par structure) dédiés au suivi des 207 jeunes concernés dans le département, risquent aussi d’être submergés par les difficultés sociales et personnelles rencontrées par ce public en très grande précarité. Pour l’efficacité du dispositif, il faut autant veiller à épauler ces référents qu’à soutenir les bénéficiaires, ont prévenu plusieurs responsables.

"C’est un nouveau métier." Venu, lundi à Marmande, pour évaluer les effets de la garantie jeunes, testée depuis dix mois en Lot-et-Garonne (1), Michel Delpuech, le préfet de région, a fait répéter deux fois la directrice de la mission locale de Villeneuve-sur-Lot. "L’accompagnement des jeunes en vue de leur insertion ne fait-il pas partie de la mission de vos structures et des PAIO depuis leur création en 1982 ?", a questionné le représentant de l’État, un brin provocateur. Réponse de Catherine Caoudal : "notre métier c’est l’accompagnement individuel. Ce qui change avec la garantie jeunes, c’est la dimension collective mais aussi la possibilité de pouvoir donner des sanctions, des avertissements."

LE "POUVOir" de Sanctionner

Des rappels à l’ordre qui sont assumés collectivement : "ce sont les conseillers qui m’interpellent en cas de dysfonctionnements, nous parlons ensemble de la sanction la plus appropriée mais c’est moi, en tant que directrice, qui convoque le jeune et lui en fait part. Et la plupart du temps, ces décisions ont porté leur fruit et ont permis au jeune de se ressaisir, tout comme les suspensions d’allocation."

189 000 € engagés en dix mois

Le montant total des allocations versées par l’État depuis le début de l’expérimentation en Lot-et-Garonne s’élève à 105 000 euros. S’y ajoute un soutien financier direct aux missions locales (84 000 euros versés à ce jour) à raison de 1 600 euros par jeune entré dans le dispositif. Un argent mis à profit, principalement pour recruter des conseillers ou remplacer ceux dédiés à la garantie jeunes ou encore louer des locaux.

Mais dans ce dernier cas de figure, précise la responsable de la structure villeneuvoise, c’est la commission départementale chargée de valider les candidatures pour entrer dans ce dispositif, qui décide de suspendre le versement des 439 euros mensuels ou d’exclure le jeune.

"Dès le début des expérimentations, les missions locales ont demandé à être déchargées de tout rapport à l’argent pour ne pas fausser la relation d’accompagnement", rappelle Catherine Caoudal. Depuis dix mois, à l’échelle des 207 jeunes concernés dans le département, 31 avertissements oraux ont été prononcés, 23 avertissements écrits, 13 suspensions d’allocation et 4 exclusions.

UN CONSEILLER OU UNE MAMAN ?

Autre "révolution" dans le métier : les bénéficiaires de la garantie jeunes (57 à Villeneuve-sur-Lot, 66 à Agen, 84 à Marmande) sont présents chaque jour à la mission locale. "Et le lien qui se crée avec le binôme de conseillers dédié au dispositif, un binôme totalement investi dans sa mission, est, en conséquence, plus fort. Le jeune lui confie ses coups de blues, ses problèmes personnels", raconte Catherine Caoudal. Une proximité qui constitue un "plus" pour le jeune mais qui peut s’avérer lourde à porter pour son conseiller (une femme le plus souvent), quand il s’entend dire par exemple : "comme j’aimerais avoir une maman comme vous !", détaille la directrice de la mission locale pour AEF.

"Il nous faut être attentifs aux personnels des missions locales car ils ont affaire à des jeunes très cassés. Il faut le prendre en compte dans l’organisation du dispositif et dans son financement", a lancé Corinne Griffond, vice-présidente de l’ARML d’Aquitaine et secrétaire de la mission locale d’Agen. "Nous avons été contraints pour une jeune fille de faire un signalement au procureur car il y avait mise en danger et la situation dépassait nos conseillers. Il faut que ceux-ci puissent se concentrer sur la question de l’employabilité", ajoute Olivier Paillaud, le directeur de la structure agenaise.

7 %

C’est la part que représentent les bénéficiaires de la garantie jeunes dans le public des missions locales en Lot-et-Garonne. 46 % d’entre eux ont un niveau de formation CAP-BEP ou brevet des collèges, 40 % ont arrêté leur scolarité en fin de troisième ou un an plus tard. Trois sur cinq sont issus d’un foyer qui perçoit le RSA.

En juillet dernier, 37 % d’entre eux avaient retrouvé un emploi (CDD, CDI, emploi d’avenir ou CAE intérim).

DES JOURNÉES DE DÉCOMPRESSION

Les conseillers dédiés à la garantie jeunes (GJ) n’ont pas reçu de formation préalable pour faire face aux problèmes multiples de ces jeunes en très grande précarité ; la seule session proposée par la DGEFP a porté sur des aspects organisationnels : comment construire un planning de six semaines ? quels sont les modules obligatoires dans ce planning ?, apprend AEF.

Pour qu’ils puissent décompresser et que "la parole se libère", des réunions d’équipe sont organisées régulièrement, ce qui permet également d’éviter la constitution de deux clans au sein des structures : les conseillers GJ d’un côté, et de l’autre, les conseillers "ordinaires", qui accompagnent individuellement 200 personnes en moyenne.

LA MOBILITÉ, UN PROBLÈME RÉCURRENT

Des débriefings similaires se tiennent aussi au niveau du département : "une fois tous les trois mois, on arrête tout une journée et les équipes des trois missions locales se retrouvent dans un lieu extérieur pour échanger", précise Catherine Caoudal à l’AEF. Les trois missions locales se sont également dotées ensemble, avec l’appui des institutions (conseil général ou ARS) de points-relais santé ou d’un service de médiation logement - un service souvent mobilisé pour tenter de trouver des solutions aux problèmes de mobilité rencontrés par les bénéficiaires de la garantie jeunes et signalés, lundi, à plusieurs reprises au préfet de région. 46 % des jeunes entrés dans le dispositif en Lot-et-Garonne ne disposent en effet d’aucun moyen de locomotion et 52 % sont hébergés chez leurs parents (contre un quart en logement autonome).

(1) D'abord à Marmande depuis novembre 2013 puis à Agen et Villeneuve-sur-Lot depuis début 2014.

à lire aussi
Garantie Jeunes : le décret d'application sur l'expérimentation du dispositif publié au Journal officiel

Un décret n° 2013-880 du 1er octobre 2013, qui prévoit l'expérimentation de la « Garantie jeunes » prévue dans le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale adopté lors du Comité interministériel de lutte contre les exclusions du 21 janvier 2013, est publié au Journal officiel du 2 octobre 2013. En outre, un arrêté du 1er octobre 2013 fixe la liste des territoires concernés par l'expérimentation de la « garantie jeunes ». Quelque 10 000 bénéficiaires de 18 à 25 ans, en grande précarité au sein de dix territoires, devraient être concernés dans un premier temps, avant une généralisation à l'horizon 2016. Le montant maximal de l'allocation est de 434 euros mensuels.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sabine Andrieu, journaliste