Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Bilan Hamon/Fioraso: le débat sur la sélection en master ouvert et aussitôt refermé. Les droits des stagiaires renforcés

Resté moins de cinq mois à la tête du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (lire sur AEF), le bilan de Benoît Hamon en matière de formation dans le supérieur est principalement marqué par le débat sur la sélection en master et le vote de la loi relative à l’encadrement des stages. En jugeant "inadmissible" la sélection entre la 1re et la 2e année de master, Benoît Hamon rouvre début juin un dossier sensible qu’il tente de refermer rapidement via un communiqué de presse commun avec sa secrétaire d’État, Geneviève Fioraso. Le message est clair : aucune sélection à l’entrée du master n’est prévue. Mais les tribunaux administratifs - à l’image de celui de Bordeaux, qui a jugé la sélection en M2 illégale - pourraient changer la donne. Du côté des stages, le vote de la loi entraîne notamment une augmentation de la gratification minimale.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Sélection en master : la CPU, "surprise" par les propos de B. Hamon et de G. Fioraso, veut "sortir de l'impasse"

"La CPU a été surprise des déclarations de Benoît Hamon, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de sa secrétaire d’État, Geneviève Fioraso, qui sembleraient vouloir remettre en cause toute forme de sélection en master", écrit-elle dans une lettre adressée aux directeurs de composantes, lundi 7 juillet 2014. En effet, la CPU souhaite la mise en place de la sélection à l’entrée du master et "est convaincue que la remise en cause de toute forme sélection affaiblira les masters". Or, précisément elle se dit "inquiète des conséquences du jugement du TA de Bordeaux qui, s’il était confirmé, remettrait en cause la capacité des universités à sélectionner à l’entrée du M2". "Nous sommes obligés de sortir de cette impasse", conclut Jean-Loup Salzmann, interrogé par AEF le même jour.

Lire la suiteLire la suite
Le projet de décret sur l’encadrement des stages prévoit une augmentation en deux temps de la gratification minimale

Le projet de décret relatif à l’encadrement des PFMP (périodes de formation en milieu professionnel) et des stages prévoit une mise en place en deux temps de l’augmentation de la gratification minimale mensuelle des stages de plus de deux mois, qui doit passer de 436 à 523 euros à compter du 1er septembre 2015. Ce texte précise aussi qu’un enseignant-chercheur ne peut suivre simultanément plus de "16 stagiaires" et il fixe à 200 heures le volume d’heures de formation minimal au sein duquel les stages sont intégrés. Le nombre de stagiaires pouvant être encadrés par un même tuteur en entreprise – 3 au maximum indique à AEF le cabinet de Geneviève Fioraso – ainsi que le plafond de stagiaires autorisés en entreprise seront fixés par décret en Conseil d’État. Ces deux projets de décrets devraient être examinés lors du Cneser du 21 juillet 2014.

Lire la suiteLire la suite
L’Assemblée nationale adopte définitivement la proposition de loi sur les stages

La proposition de loi relative au développement, à l’encadrement des stages et à l’amélioration du statut des stagiaires est adoptée de manière définitive par l’Assemblée nationale, jeudi 26 juin 2014. La nouvelle loi rend notamment effective l’interdiction des stages de plus de six mois. Elle prévoit aussi un plafond de stagiaires qui, fixé par décret, s’appliquera aux entreprises "de plus de 30 salariés" - et non plus 20 salariés. Enfin, elle augmente la gratification mensuelle minimale des stages de plus de deux mois, qui passe de 436 à 523 euros à compter du 1er septembre 2015.

Lire la suiteLire la suite
Benoît Hamon et Geneviève Fioraso "réaffirment leur refus de toute sélection à l’entrée en master"

"Tous les étudiants ont le droit de poursuivre leurs études en master", indiquent Benoît Hamon, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Geneviève Fioraso, secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui "tiennent aussi à réaffirmer leur refus de toute sélection à l’entrée en master", dans un communiqué commun, mercredi 25 juin 2014. Par ailleurs, les ministres ont engagé "une réflexion" pour accroître le taux de passage entre le M1 et le M2 dans certaines disciplines "bien identifiées", "en dialogue avec les étudiants, les enseignants et les milieux professionnels".

Lire la suiteLire la suite

Cursus et Insertion

Aperçu de la dépêche Aperçu
Benoît Hamon : "Il est inadmissible qu'il y ait une sélection en milieu de cycle" de master
Lire la suite
Le TA de Bordeaux estime que le master relève du 2e cycle et contraint Bordeaux-IV à inscrire une étudiante en M2

Le tribunal administratif de Bordeaux enjoint au président de l’université Montesquieu Bordeaux-IV d’inscrire une étudiante en M2 recherche de "droit des affaires", par une décision du 5 décembre 2013. Selon le TA, depuis la loi LRU, le M2 relève du 2e cycle, et non pas du 3e cycle comme l’avait fait valoir l’université. S’appliquent donc les dispositions du 2e cycle selon lesquelles "l’admission dans les formations du 2e cycle est ouverte à tous les titulaires des diplômes sanctionnant les études de 1er cycle". Bordeaux-IV ne peut pas non plus invoquer "la capacité d’accueil limitée", en l’absence du décret listant les formations de 2e cycle dans lesquelles l’admission peut dépendre des capacités d’accueil des établissements. "Ce jugement est intéressant et, au vu du code de l'éducation, semble imparable", estime Bernard Toulemonde, juriste et IGEN honoraire, interrogé par AEF.

Lire la suiteLire la suite