Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Il ne faut plus "réduire les personnes détenues à leur infraction" (A. Chauvenet, sociologue)

"La garde des personnes détenues est la mission première de l’administration pénitentiaire, la mission de réinsertion demeurant largement secondaire", affirme la sociologue Antoinette Chauvenet dans le numéro de juillet 2014 de la revue "Dedans Dehors" de l’Observatoire international des prisons. Elle pointe la "violence légale" que constitue la prison pour les détenus et préconise de "reconsidérer notre approche de la délinquance, en ne réduisant plus les personnes détenues à leur infraction et en sollicitant leurs compétences et talents". Elle estime que "les politiques criminelles tendent, depuis trois décennies, à aspirer dans une logique de plus en plus sécuritaire l’ensemble de la politique pénale et pénitentiaire, malgré le développement des mesures alternatives à la prison et les réformes carcérales".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi