Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"La délégation globale de gestion est un échec" (rapport IGAENR-IGF)

"La DGG (délégation globale de gestion) qui visait à confier à un seul des partenaires, en principe l’hébergeur, la gestion des moyens de l’unité est un échec", constatent l’IGAENR et l’IGF dans un rapport intitulé "Implantation territoriale des organismes de recherche et perspectives de mutualisation entre organismes et universités", daté de mai 2014 publié lundi 28 juillet. Selon le rapport, la DGG "n’est mise en œuvre que dans 8,3 % des UMR impliquant les organismes retenus par la mission (1)". Le rapport indique que "les simplifications réglementaires, l’harmonisation des pratiques des partenaires ou la mise en cohérence des outils informatiques de gestion n’ont pratiquement pas été mises en œuvre" et précise que "la quasi-totalité de ces DGG impliquent deux seuls organismes : le CNRS et l’Inserm". L’IGAENR et l’IGF reviennent également sur la question des fonctions support.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CONFIDENTIEL. Inria : le coût des fonctions support est « élevé » par comparaison à d'autres organismes (rapport d'audit de l'IGAENR)

« La comparaison avec d'autres EPST [établissements publics à caractère scientifique et technologique] montre un coût des fonctions support de l'Inria [Institut national de recherche en informatique et en automatique] élevé en proportion des charges totales. » C'est ce que relève l'IGAENR (Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche) dans son rapport d'audit des fonctions support de l'Inria (1), qui doit être présenté au Cocon (comité de coordination) de l'institut le 28 septembre 2011 et dont AEF s'est procuré une copie. « Le coût des fonctions support de l'Inria représente 14 % de ses dépenses », souligne le rapport, qui présente un tableau comparatif montrant que le pourcentage est de 9,74 % à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), 13 % à l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), 9,53 % au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et 10,4 % au CNRS (Centre national de la recherche scientifique). De même, « le coût complet des fonctions support par ETP [équivalent temps plein] scientifique (total ETP diminué des ETP support) est égal à 12 146 euros (pour 10 154 euros à l'Inserm, 14 763 euros à l'Inra, 12 348 euros au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et 11 720 euros au CNRS) ». « Ce montant paraît élevé, estime l'IGAENR, l'Inria n'ayant pas de motifs structurels d'avoir un coût des fonctions support important (contrairement à l'Inra par exemple). »

Lire la suiteLire la suite