Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"La question de l’usage de la force demeure l’objet le plus récurrent des réclamations" (Défenseur des droits)

Le Défenseur des droits relève "trois grandes tendances ressortant des réclamations" qui lui sont parvenues en 2013 en matière de déontologie de la sécurité : "la question de l’usage de la force demeure l’objet le plus récurrent des réclamations ; la mise en cause de comportements susceptibles de dégrader la relation entre les forces de l’ordre et la population est également préoccupante ; enfin, la question toujours sensible des relations entre les forces de sécurité et le public continue de faire l’objet d’attentions particulières". C'est ce qu'il indique dans son rapport annuel d'activité publié lundi 21 juillet 2014. Parmi les "événements marquants de 2013", le Défenseur des droits cite également "la reconnaissance" de son rôle "comme contrôleur externe des forces de sécurité régalienne".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le Défenseur des droits préconise des formations pour préparer les forces de sécurité aux contacts avec le public

Le Défenseur de droits "encourage les forces de sécurité à mettre en place des formations à destination des agents afin de les préparer aux échanges qu’ils ont avec le public", indique-t-il vendredi 4 avril 2014, dans un communiqué publié sur son site internet. En effet, il note que "l’usage de propos déplacés et du tutoiement par les forces de sécurité constitue une source de dégradation de la relation entre les forces de sécurité et les citoyens". L'institution note que "le nombre important de réclamations relatives à ce grief constitue une source d’inquiétude".

Lire la suiteLire la suite