Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°483748

Contrats collectifs santé: "avantageux" pour les assurés mais "systématiquement déficitaires" pour les assureurs (Drees)

La Drees publie ce vendredi 4 juillet 2014 son "Rapport 2013 sur la situation des organismes complémentaires assurant une couverture santé". Portant sur les chiffres de 2012, ce rapport permet notamment de mettre à jour certaines données concernant les frais de gestion des assureurs, mais aussi l’impact des contrats collectifs, à la fois sur ces frais et sur les résultats techniques en santé. Ces contrats seraient notamment "systématiquement déficitaires" en résultat technique santé, quel que soit le type d’organisme.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 93 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Brigitte Dormont (chaire santé Dauphine) pointe « la double injustice » des contrats collectifs pour les non-salariés

« Peu pertinentes », génératrices de « distorsion » de l'offre de soins et surtout « d'injustices » pour les populations non salariées, les exonérations fiscales sur les contrats collectifs de santé ont subi une volée de critiques de la part de Brigitte Dormont, professeur à l'université Paris-Dauphine. Invitée le 10 décembre 2013 à un colloque organisé par Sciences Po Paris sur le rôle des complémentaires santé, la titulaire de la chaire Santé Dauphine a pointé la « double injustice » de ces contrats - appelés à se généraliser avec la loi sur la généralisation de la complémentaire santé -, qui provoquent à la fois une « incitation » aux dépassements d'honoraires pour les professionnels de santé, et rendent d'autant plus difficile la mutualisation pour les populations non salariés. « L'ANI (1), c'est une mutualisation pour 'insiders', alors qu'on aggrave dans le même temps le coût de la complémentaire santé pour tous les autres », conclut l'économiste.

Lire la suiteLire la suite
Les garanties des contrats collectifs santé de plus en plus haut de gamme par rapport aux contrats individuels (Drees)

« Les contrats collectifs offrent à la plupart de leurs bénéficiaires des garanties parmi les plus élevées, alors que les contrats individuels proposent des garanties de milieu de gamme à deux tiers de leurs bénéficiaires », observent Marguerite Garnero et Vincent Le Palud dans le dernier numéro de la revue « Etudes et Résultats », publié par la Drees ce lundi 22 avril 2013. A ce premier constat s'ajoute le fait qu' « entre 2006 et 2010, l'écart entre contrats individuels et collectifs s'est creusé en raison de la montée en gamme des contrats collectifs. » Dressant un panorama à partir des derniers chiffres consolidés sur la couverture des complémentaires santé, datant de 2010, l'étude montre aussi la part croissante de dépenses de santé prises en charge par les complémentaires, dépassements d'honoraires compris.

Lire la suiteLire la suite
ANI : La généralisation des contrats collectifs entraînera des « perdants », côté assureurs mais aussi côté salariés (Cabinet Jalma)

La généralisation des contrats collectifs de complémentaire santé, prévue par l'ANI du 11 janvier 2013, provoquera une « révolution cosmique » pour les acteurs de la complémentaire santé, selon Mathias Matallah, directeur associé de Jalma, cabinet spécialisé sur la protection sociale. Le jeudi 21 février 2013, lors d'une matinée organisée par Jalma pour décrypter les conséquences de l'ANI, Mathias Matallah a dressé la liste des « gagnants et perdants » de cette « révolution », qui verra le marché de la complémentaire santé subir une mutation profonde. Sur le modèle de la retraite complémentaire Agirc-Arrco, la complémentaire santé en contrat collectif devrait ainsi évoluer vers un système en deux pans, avec une part de régime collectif obligatoire assuré par les partenaires sociaux, et une part de surcomplémentaires qui sera laissée au libre choix des entreprises et salariés. Dans le cadre de cette mutation, les principaux « gagnants », du coté des organismes assureurs, seraient les institutions de prévoyance, quelques grands assureurs gérant déjà des accords de branche ou présents sur le marché de la réassurance, ainsi que les grandes mutuelles ayant une logistique suffisante pour répondre à une logique industrielle.

Lire la suiteLire la suite