Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Cosmetic Valley : Marc-Antoine Jamet est réélu à la présidence du pôle pour trois ans

Marc-Antoine Jamet est réélu à la présidence de Cosmetic Valley à l’unanimité des voix et pour un mandat de trois ans, indique le pôle de compétitivité (régions Centre, Île-de-France et Haute-Normandie) à l’issue de son assemblée générale, jeudi 26 juin 2014. "Chargé depuis juin 2011 de piloter la stratégie du pôle de compétitivité, Marc-Antoine Jamet a qualifié la Cosmetic Valley parmi les pôles de seconde génération et vient de l’engager dans un troisième contrat de performance signé le 21 janvier dernier par l’État et 25 collectivités territoriales", précise le pôle de compétitivité.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 79 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Pôle Cosmetic Valley : « Nous avons failli subir un redressement fiscal de 450 000 euros » (Jean-Luc Ansel, directeur général)

« À la lecture de notre budget par le contrôleur fiscal, il a été considéré que les subventions que nous avons reçues de l'État et des collectivités territoriales devaient être soumises à la TVA », indique à AEF Jean-Luc Ansel, directeur général du pôle de compétitivité Cosmetic Valley et nouveau président de France Clusters (AEF n°271807). « C'est une première, ajoute-t-il, car normalement les pôles de compétitivité sont soumis au régime fiscal des sociétés mais sont exonérés de TVA sur les subventions publiques. Ce qui est incroyable, c'est que nous avons failli subir un redressement fiscal de 450 000 euros », annonce-t-il. Xavier Roy, directeur de France Clusters, livre une première explication : « L'administration fiscale a évoqué qu'elle considérait qu'il y avait un apport direct de bénéfices perçus par les entreprises adhérentes du pôle qui justifiait que les subventions publiques versées par l'État et les collectivités territoriales entrent dans une logique d'avantage concurrentiel pour les PME bénéficiaires ».

Lire la suiteLire la suite