Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'interdiction des sacs plastiques non réutilisables représenterait un surcoût de 300 millions d'euros, chiffre la FCD

L’amendement de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie Ségolène Royal visant à mettre fin à l’utilisation des sacs plastiques non réutilisables a été adopté mercredi 25 juin 2014 par la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, lors de l’examen du projet de loi sur la biodiversité (lire sur AEF). Il a pour but d’interdire les sacs plastiques non réutilisables à partir du 1er janvier 2016 et permet notamment "de prendre en compte les enjeux liés à la consommation importante de sacs 'fruits et légumes' qui jusqu’à présent n’ont jamais fait l’objet de dispositions visant à en réduire leur consommation", indique le texte. La Fédération de la consommation et de la distribution et l’UNFD dénoncent une "mesure adoptée sans concertation" et qui "représente un surcoût de 300 millions d’euros pour les commerçants".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Projet de loi biodiversité : les députés laissent ouvert le débat sur la place de l’ONCFS dans l’AFB (commission)

"Dans les deux ans suivant la promulgation de la loi relative à la biodiversité, le gouvernement remet au Parlement un rapport relatif à l'élargissement du périmètre de l'Agence française pour la biodiversité et à l'opportunité d'y inclure d'autres établissements publics nationaux." C'est l'objet de l'amendement n°CD749, déposé par le député PS (Indre) Jean-Paul Chanteguet, et qui a été adopté mercredi 25 juin 2014, lors de l'examen par la commission développement durable de l'Assemblée nationale des amendements du projet de loi relatif à la biodiversité. Le président de la commission précise dans l'exposé des motifs qu'est notamment concerné l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage).

Lire la suiteLire la suite
Projet de loi biodiversité : des amendements adoptés par les députés en commission sur l'ONCFS et la création de l'AFB

La commission du développement durable de l’Assemblée nationale a suspendu mardi 24 juin dans la soirée l’examen du projet de loi relatif à la biodiversité après l’adoption de l’article 9, relatif à la création de l’AFB (Agence française pour la biodiversité). Des amendements ont été adoptés sur le statut de l’animal et sur l’adaptation de la gouvernance de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) "à son rôle désormais prépondérant dans la lutte pour la préservation et la reconquête de la biodiversité". Concernant la gouvernance de l’AFB, la constitution de son conseil d’administration a été modifiée, revenant "sur la division en quatre collèges, source de lourdeur et de complexité dans la prise de décision". Une direction spécifique à la biopiraterie sera créée, ainsi qu’une déclinaison par bassins océaniques ultramarins.

Lire la suiteLire la suite
Le Parlement européen vote la réduction d'au moins 80% des sacs en plastique légers à poignées d'ici 2019

Le Parlement européen a adopté mercredi 16 avril 2014 en séance plénière, par 539 voix contre 51 et 72 abstentions, le projet de révision de la directive sur les emballages et les déchets d’emballages 94/62/CE, visant à réduire d’au moins 50 % d’ici 2017 et de 80 % d’ici 2019, par rapport aux chiffres de 2010, l’utilisation de sacs plastique légers à poignées dans l’UE. Cette résolution législative concerne les sacs d’une épaisseur inférieure à 50 microns, qui représentent "l’essentiel des sacs en plastique utilisés" et qui sont jugés "moins réutilisables" et plus facilement "dispersés dans l’environnement" par les députés européens, selon le communiqué du Parlement. En 2010, chaque habitant de l’UE a utilisé "198 sacs en plastique, dont 90 % étaient des sacs légers", ajoute-t-il.

Lire la suiteLire la suite