Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La stabilisation de la masse salariale de l’État tributaire de facteurs non pérennes, selon la Cour des Comptes

La baisse de 0,6 % des dépenses de masse salariale hors pensions de l’État en 2013, à 80,34 milliards d'euros, s'explique en partie par des transferts de personnels à des opérateurs, selon le rapport annuel de la Cour des comptes sur l'exécution du budget 2013 de l’État, rendu public mercredi 28 mai 2014, jour de présentation en Conseil des ministres de la loi de règlement 2013. Hors transfert aux opérateurs, et en tenant compte de la hausse des dépenses de pensions, les dépenses de personnels globales s'élèvent à 119,60 milliards d'euros en  2013 contre 118,95 milliards en 2012, soit une hausse de 0,5 %, du fait de la hausse des dépenses de pensions. Cette stabilisation est cependant due, selon la Cour, à des facteurs non pérennes tels que le gel du point d'indice et les effets de baisses d'effectifs antérieurs.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi