Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le texte sur les pouvoirs de l’inspection du travail ne figure plus au programme de travail de l’Assemblée nationale

La proposition de loi relative aux pouvoirs de l’inspection du travail ne sera pas examinée en séance publique, mercredi 28 mai 2014, à l’Assemblée nationale. Initialement prévu le 21 mai dernier, cet examen est à nouveau repoussé et ne figure plus dans le programme de travail de l’Assemblée courant jusqu’au 19 juin et décidé par la conférence des présidents mardi 27 mai. Faute de semaine de travaux à l’initiative de l’Assemblée nationale, rien n’empêche l’exécutif d’inscrire le texte dans une semaine gouvernementale. Les prochaines semaines gouvernementales débutent les 2, 16 et 23 juin prochains.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La proposition de loi socialiste renforçant les pouvoirs de l'inspection du travail déposée à l'Assemblée nationale

Une proposition de loi renforçant les pouvoirs de l’inspection du travail est présentée par Bruno Le Roux, Denys Robiliard et les députés du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Enregistrée à la présidence de l’Assemblée nationale le 27 mars 2014, elle a été renvoyée à la commission des Affaires sociales. Le texte reprend les dispositions de l’ex-article 20 du projet de loi sur la formation professionnelle, l’emploi et la démocratie sociale qui n’avait pas été votées par le Parlement (lire sur AEF). Il prévoit un renforcement des pouvoirs de l’inspection du travail pour élargir la possibilité de mettre fin à des situations dangereuses, ou encore prononcer des sanctions administratives et financières contre les employeurs en infraction.

Lire la suiteLire la suite