Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

CDC Biodiversité veut développer la compensation écologique en créant une plateforme d'échanges

"Il reste beaucoup de questions à aborder et à traiter sur la compensation écologique", déclare Laurent Piermont, président de CDC Biodiversité, mardi 27 mai 2014, lors d’une rencontre avec des journalistes spécialisés en environnement. C’est pourquoi sera lancée le 18 juin prochain, avec une cinquantaine d’acteurs, une plateforme sur la compensation écologique qui "puisse être un lieu de réflexion et d’échanges". "Nous espérons des réponses solides avant la fin de l’année" sur "l’équivalence écologique", "la biodiversité ordinaire et les services écosystémiques", la "pérennisation des actions menées", ou encore sur "la question du suivi, du contrôle et du registre". Il est nécessaire selon lui de "stabiliser" ces concepts "pour que la compensation et l’équivalence écologiques soient acceptées. Parce que si on n’y arrive pas, les maîtres d’ouvrage continueront à ne pas compenser".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Paiements pour préservation des services écosystémiques : CDC Biodiversité plaide pour une logique d'investissement

La mission économie de la biodiversité de la CDC Biodiversité présente mercredi 5 mars 2014 son étude sur la mise en œuvre des paiements pour préservation des services écosystémiques, datée de février 2014. Cet outil consiste à « mettre en place une rémunération contractuelle d'acteurs par d'autres acteurs en vue de restaurer ou de maintenir un ou plusieurs services écosystémiques », explique Aurélien Guingand, chargé d'études économiques au sein de la mission. L'approche permet d'intégrer « la biodiversité au cœur du système socio-économique pour rendre compte de la valeur sociale des écosystèmes ». L'étude préconise de mettre en place une rémunération des acteurs « non plus comme une indemnisation de perte de revenus, mais sous la forme d'un accompagnement technique, financier et institutionnel à l'investissement alternatif ».

Lire la suiteLire la suite