Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Plusieurs Opca inquiets pour le financement de la formation des emplois d'avenir en 2014

Les Opca ont dépensé en 2013 en moyenne 73 % des sommes accordées par le FPSPP pour former les jeunes en emploi d’avenir, soit environ 22 millions d’euros sur les 30 millions prévus. Le taux engagé par les organismes paritaires varie de 12 % pour l’Opcaim (17 600 euros) à 182 % pour le Fafih (410 000 euros), d’après les informations recueillies par AEF. Près des deux tiers de la subvention du Fonds paritaire ont été utilisés par les deux organismes collecteurs interprofessionnels et par ceux qui représentent les employeurs associatifs. Pour 2014, seuls 20 millions d’euros sont prévus pour l’instant par le Fonds paritaire, ce qui fait craindre à plusieurs Opca une pénurie de financement en cours d’année. La DGEFP a toutefois accepté de verser 20 millions d’euros au titre du Fonds social européen pour compléter le financement du Fonds paritaire.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Emplois d'avenir : un rapport parlementaire préconise d'allonger le délai pour élaborer le plan de formation des jeunes

Allonger le délai dont disposent les employeurs pour élaborer le plan de formation des jeunes embauchés en CDI ou en CDD de trois ans en emploi d'avenir. C'est l'une des propositions formulées par le député socialiste Jean-Marc Germain (Hauts-de-Seine), dans le rapport de la mission parlementaire sur la mise en oeuvre des emplois d'avenir qu'il présidait, rendu public le 18 septembre. L'objectif de cet assouplissement est d'aider les employeurs à élaborer avec le jeune un « parcours cohérent ». Le député recommande aussi d'ouvrir aux jeunes recrutés par des collectivités locales l'accès à des formations qualifiantes. Enfin, revenant sur les inquiétudes de certains acteurs de voir les emplois d'avenir concurrencer l'apprentissage, la mission estime qu'il est trop tôt pour évaluer l'influence de ce dispositif sur le nombre de contrats signés.

Lire la suiteLire la suite