Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La CCI de Bordeaux s'inquiète de l'impact de la taxe d'apprentissage rénovée sur ses formations professionnelles

La réforme de la taxe d’apprentissage suscite une "vraie inquiétude" à la CCI de Bordeaux. Pas pour l’école de commerce Kedge BS, peu dépendante de cette recette, mais pour les formations consulaires par alternance, répond à l'AEF Pierre Goguet, son président. Malgré "l’investissement de la CCI" et un "soutien fort" de la région, les CFA et écoles professionnelles restent financièrement fragiles, dit Pierre Goguet. Il craint de devoir fermer des sections, si la collecte s’amenuise, alors que la chambre de commerce cherche, en partenariat avec d’autres, à développer des "voies d’excellence" (dans la restauration, le design, le numérique), en ne se limitant pas à l’échelle régionale. La CCI bordelaise réfléchit à des "mutualisations avec des fédérations professionnelles" pour ses cursus en apprentissage. Elle veut aussi rapprocher sa structure de formation continue, le Gicfo, de Kegde BS.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Refonte des Octa : complexes, les discussions ont démarré en Pays-de-la-Loire au sein d'une association interconsulaire

La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale prévoit une réorganisation en profondeur du système de collecte de la taxe d’apprentissage. Il est prévu de faire passer le nombre d’Octa de 147 à une quarantaine, et d’adosser les Octa actuels aux Opca au niveau national. Au niveau régional, la collecte de la taxe sera assurée par un opérateur unique commun aux trois réseaux consulaires. Des discussions sur ce thème ont été engagées dans les Pays-de-la-Loire, entre les trois chambres régionales de commerce, de métiers et de l’artisanat, et d’agriculture. Les échanges sont facilités par l’existence de l’association 909 (1), qui regroupe depuis 2005 les trois réseaux. Pour Michel Aubinais, directeur délégué de cette association, "il reste encore beaucoup de travail".

Lire la suiteLire la suite
La réforme de l'apprentissage va se traduire par des disparités régionales croissantes, selon les grandes écoles

"La loi risque de freiner le développement de l’apprentissage dans les grandes écoles", s’inquiète Xavier Cornu, vice-président de la conférence des grandes écoles, interrogé par AEF sur le volet apprentissage de la loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle. La fin des COM (conventions d’objectifs et de moyens) entre les conseils régionaux et l’État risque d’accentuer les "disparités" entre les politiques régionales concernant le soutien à l’apprentissage dans l’enseignement supérieur, redoute-t-il. En outre, la création d’une part régionalisée de la taxe risque de réduire fortement les financements des écoles issues de la part "barème" qui sera dédiée au financement des établissements délivrant des formations hors apprentissage.

Lire la suiteLire la suite
« 10 000 » places d'apprentissage menacées par le fléchage de 55 % de la taxe vers les régions, selon les CCI

Le fléchage vers les régions de 55 % du produit de la taxe d'apprentissage et de la CDA (contribution au développement de l'apprentissage) pourrait conduire les CCI à fermer « 10 000 » places d'apprentissage en réduisant la liberté d'affectation de la taxe par les entreprises, affirme CCI France, le 13 novembre 2013, après l'adoption par le Conseil des ministres du projet de budget rectificatif pour 2013. Le texte prévoit la création en 2015 d'une nouvelle taxe issue de la fusion de la taxe d'apprentissage actuelle et de la CDA, dont une fraction fixée par décret sera attribuée aux régions. À travers ces mesures, « ce sont près de 400 millions d'euros que les entreprises ne pourront plus flécher vers les formations de leurs choix », assure le réseau consulaire. Une inquiétude également partagée par la conférence des grandes écoles.

Lire la suiteLire la suite