Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le marché foncier des maisons à la campagne redémarre, celui des terrains destinés à l'urbanisation diminue (FNSafer)

En 2013, les marchés fonciers ruraux sont "globalement stables en surface" mais ont "des valeurs à la baisse", excepté "sur les marchés des terres et prés libres et loués", fait savoir la FNSafer (fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) qui présente, mercredi 28 mai 2014, une analyse de son service des études sur les marchés des terres et prés, des vignes et des forêts, des maisons à la campagne et des terrains destinés à l’urbanisation. Ce dernier marché notamment enregistre une diminution du nombre de transactions et de superficie des biens. Pour ce qui concerne les maisons à la campagne, la FNSafer observe un "marché très sensible aux taux d’intérêt et à la fiscalité" et à "l’évolution du revenu des ménages", en proie à une "conjoncture peu porteuse depuis 2008" malgré une "reprise des échanges depuis 2012".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le projet de loi d'avenir pour l'agriculture, adopté en première lecture au Sénat, renforce le rôle des Safer

Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt a été adopté au Sénat mardi 15 avril 2014, par 175 voix contre 135. Le texte, déjà voté par les députés en janvier dernier (lire sur AEF) renforce notamment le rôle des Safer en vue d’une meilleure installation des jeunes agriculteurs. Plusieurs des modifications apportées par les sénateurs intéressent les enjeux d’urbanisation des territoires. Le texte doit maintenant être examiné en seconde lecture à l’Assemblée nationale en juin ou juillet.

Lire la suiteLire la suite
Les Safer doivent être plus transparentes, sous le contrôle renforcé de l'État (Cour des comptes)

La Cour des comptes relève, dans son rapport annuel rendu public mardi 11 février 2014, « les dérives » des Safer et appelle l'État à renforcer sa tutelle, à faire progresser la transparence de cet outil de politique d'aménagement agricole et rural, et à recentrer ses activités sur ses missions d'intérêt général. Dans sa réponse adressée à la Cour, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll rappelle qu'un « renforcement du contrôle de l'État sur les Safer » est prévu dans le cadre du projet de loi d'avenir pour l'agriculture en cours d'examen au Parlement (AEF Habitat et Urbanisme n°473639) et qu'une « simplification des conditions de financement des Safer sera mise à l'étude en 2014 pour une entrée en application en 2015 ».

Lire la suiteLire la suite
Le marché des terres agricoles enregistre, en 2011, 79 000 transactions pour une valeur de 4 milliards d'euros (FN Safer)

Le marché du foncier rural est dynamique en 2011 du fait de la réforme de la fiscalité des plus-values immobilières, en particulier sur les marchés des forêts, des terrains à bâtir et des maisons à la campagne (1). C'est l'un des constats établis par la Fédération nationale des Safer dans son étude sur les marchés fonciers ruraux en 2011, rendue publique mercredi 30 mai 2012 (2). En 2011, les plus-values représentent 3,9 milliards d'euros (+ 22 % par rapport à l'an passé) sur le marché de l'urbanisation, 3,1 milliards (+ 10 %) sur le marché des maisons à la campagne et « seulement » + 5 à + 6 % pour le marché des terres agricoles. Pour la FN Safer, le marché foncier agricole « évolue avec l'émergence de sociétés de capitaux en agriculture et un risque, sur le long et moyen terme, de disparition progressive des exploitations familiales dans les secteurs les plus rentables ». Le marché des terres agricoles s'élève à 79 000 transactions en 2011, pour une surface de 341 000 hectares et une valeur de 4 milliards d'euros (dont 9 000 transactions viticoles représentant 14 000 hectares et près de 0,6 milliard d'euros).

Lire la suiteLire la suite