Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Renseignement : plusieurs acteurs demandent une loi pour limiter la captation de données personnelles (colloque)

"Les capacités de captation des services de renseignement sont énormes. Face à cela, le dispositif législatif actuel est insuffisant. Deux lois sont nécessaires, sur le renseignement et sur l’ensemble des champs numériques", affirme Jean-Pierre Sueur, sénateur socialiste du Loiret, lors d’un colloque organisé au Sénat, jeudi 22 mai 2014. "Il y a beaucoup à faire pour une nouvelle loi sur le renseignement", poursuit-il. "Les moyens de la CNCIS (Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité) sont notoirement insuffisants. Ce n’est pas possible, compte tenu des dizaines de milliers de demandes d’interceptions administratives chaque année, qu’il y ait aussi peu de moyens". Benoît Tabaka, directeur des politiques publiques de Google France, et Philippe Aigrain, cofondateur de la Quadrature du net, pointent également la nécessité d’une nouvelle législation.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Contrôle parlementaire du renseignement : Jean-Jacques Urvoas fait le point sur les dispositions introduites par la LPM

« La France va se doter des outils nécessaires à l'instauration d'un véritable contrôle parlementaire de la politique publique du renseignement. Sans verser dans un lyrisme excessif, l'étape est historique et mérite d'être saluée. » Dans une note publiée par la fondation Jean-Jaurès, mardi 4 février 2014, le président de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas (PS, Finistère), revient sur l'extension des prérogatives de la délégation parlementaire au renseignement prévue par la loi de programmation militaire adoptée fin 2013 (AEF Sécurité globale n°474254). La délégation aura accès à davantage de documents et pourra auditionner plus de responsables du renseignement, prélude, pour le député, à une extension de la communauté du renseignement.

Lire la suiteLire la suite
L'Association des services internet communautaires demande au Sénat de modifier le texte sur la géolocalisation

L'Asic (Association des services internet communautaires) demande aux sénateurs « de modifier le projet de loi de géolocalisation à l'occasion de son examen le 20 janvier prochain » dans un communiqué publié jeudi 9 janvier 2014 (AEF Sécurité globale n°473979). L'association, « fondée en 2007 et qui regroupe les acteurs de l'internet communautaire », notamment Google ou Facebook, rappelle que ce texte « est destiné à corriger les conséquences de plusieurs arrêts de la Cour de cassation qui avaient sanctionné l'absence de contrôle du juge pour les opérations de géolocalisation d'un véhicule ou d'un numéro de téléphone mobile » (AEF Sécurité globale n°462155). Elle formule « plusieurs critiques » sur le texte, comme le fait qu'il « ne prévoit le contrôle d'un juge que pour prolonger les mesures de géolocalisation au-delà d'un délai de quinze jours » et qu'il permette « une géolocalisation non pas de tout véhicule et de tout numéro de téléphone mais bien de tout 'objet' ».

Lire la suiteLire la suite
L'Association des services internet communautaires demande « un audit complet du cadre juridique » de l'accès aux données

L'Asic (Association des services internet communautaires) demande, dans un communiqué publié mercredi 20 novembre 2013, « un moratoire sur tout nouveau texte destiné à créer un régime d'exception en matière d'accès aux données des utilisateurs internet » par les services de l'État. Selon l'association - qui regroupe notamment Facebook, Google et Yahoo -, le projet de loi de programmation militiaire (AEF Sécurité globale n°469662) instaure des dispositifs administratifs d'accès aux données dont disposent les opérateurs de communication et les « intermédiaires de l'internet » dont « le point commun demeure l'absence d'intervention d'un juge ». « L'Asic s'inquiète de cette course à l'échalote dans le domaine de la surveillance de l'internet. » Elle juge « urgent que le ministère de la Justice lance un audit complet du cadre juridique existant » et que le Parlement étudie la manière dont il est mis en oeuvre.

Lire la suiteLire la suite