Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les universités sont "centrales" pour la politique scientifique des territoires (contribution de la CPU à la Stranes)

Pour la CPU, les universités "doivent, en partenariat avec les opérateurs nationaux et les collectivités territoriales, être l’un des principaux moteurs d’écosystèmes de l’innovation indispensables au renouveau social et économique [du] pays". Dans sa "contribution à la Stranes (stratégie nationale de l’enseignement supérieur)", rendue publique le 14 mai 2014, la CPU formule plusieurs pistes de réflexion sur le rôle des universités en matière de recherche, d’innovation et de valorisation, dont elles sont "des opérateurs à part entière ". En particulier, la CPU les place comme "actrices centrales de l’élaboration de la politique scientifique et de formation sur un territoire". La Conférence considère par ailleurs qu’il "ne peut y avoir de véritable stratégie nationale de l’enseignement supérieur déconnectée de la stratégie nationale de recherche".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Alain Fuchs et Jean-Loup Salzmann s'engagent à débloquer rapidement le chantier de la gestion des UMR

« La simplification administrative des unités mixtes de recherche est un serpent de mer entre le CNRS et l'Amue », déclare Jean Chambaz, président de l'UPMC, en accueillant dans ses locaux la « journée nationale d'accueil des nouveaux directeurs d'unité », organisée conjointement par le CNRS, la CPU et l'Amue, le 3 février 2014 (AEF n°474897 et n°474701). Alain Fuchs, président du CNRS, et Jean-Loup Salzmann, président de la CPU et de l'Amue, vont « retravailler » ce dossier en 2014 pour apporter aux laboratoires « les meilleurs outils de gestion le plus rapidement possible ». Les échanges ont aussi porté sur la prise en compte des frais indirects des projets de recherche, les « contraintes » de masse salariale et le suivi de carrière des enseignants-chercheurs.

Lire la suiteLire la suite
Bruxelles demande aux États membres de mettre les crédits compétitifs « au coeur » du financement de la recherche

« Les États-membres devraient mettre au coeur de leurs décisions de financement de la recherche les financements compétitifs et les évaluations institutionnelles basées sur la performance, en appliquant les principes qui sont ceux de l'évaluation internationale par les pairs. » C'est ce qu'indique la Commission européenne dans son premier rapport d'étape, publié lundi 23 septembre 2013, sur la mise en place de l'ERA (Espace européen de la recherche), le « marché unique de la recherche » dont la finalisation, selon les voeux du Parlement, doit être effective en 2014. Toute en précisant que « l'équilibre entre financements compétitifs et non compétitifs reste du ressort des États membres », la Commission considère le premier type de financement comme un gage d' « efficacité » des systèmes de recherche nationaux, une des cinq lignes directrice de l'ERA.

Lire la suiteLire la suite
URGENT. La Cour des comptes formule 20 recommandations sur le financement public de la recherche

La Cour des comptes estime que la recherche doit continuer de satisfaire à une « double exigence » en contrepartie de la priorité qui lui est accordée « depuis près de dix ans », dans un rapport sur « Le financement public de la recherche » publié lundi 10 juin 2013 (AEF n°188026 et n°188087). La première est celle d'un « effort de sélectivité dans l'allocation des moyens » et la Cour recommande de « poursuivre le développement du financement de la recherche sur appels à projets », notamment à travers l'ANR. La seconde exigence est celle d'une « évaluation des activités et des résultats ». Les magistrats sont par ailleurs partisans de « programmer à moyen terme les crédits de l'État par grands secteurs scientifiques ». Ils préconisent aussi « une gestion prévisionnelle des emplois et une attention renforcée aux retombées économiques des résultats de la recherche ». Au total, le rapport émet 20 recommandations.

Lire la suiteLire la suite