Dépêche n°481045

2 min de lecture

Par Laura Taillandier

Publiée le 21/05/2014 à 11h00

25% des enseignants et CPE veulent quitter l’Éducation nationale, selon les premiers résultats d'une enquête du SE-Unsa

Souhaitez-vous quitter l’Éducation nationale ? À cette question posée par le SE-Unsa, 15 % des enseignants et CPE se déclarent assez d’accord et 10 % tout à fait d’accord, selon les premiers résultats d’une enquête (1) présentée lors d’un colloque sur la gestion des ressources humaines, le 21 mai 2014. 68 % des personnels interrogés se déclarent en revanche épanouis grâce à leur travail. 65 % désirent diversifier leurs missions au cours de leur carrière et 47 % pouvoir changer de métier au sein de l’Éducation nationale. "Il ressort que ces personnels ne savent pas vers qui se tourner pour formuler un souhait d’évolution. La cellule info mobilité des rectorats est souvent invisible à leurs yeux. L’institution s’occupe de ceux en rupture professionnelle, c’est une gestion de l’urgence, qui n’est pas dans une démarche positive", commente pour AEF, Stéphane Crochet, secrétaire national.

Cette dépêche est réservée à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
Des professeurs des écoles pointent une dégradation de leur métier depuis 2012 (sondage Snuipp-FSU)
« À l'exception des effectifs d'enseignants », les professeurs des écoles « estiment plus souvent que les différents aspects de leur métier ont connu une dégradation plutôt qu'une amélioration depuis l'élection présidentielle », indique un sondage Harris Interactive pour le Snuipp-FSU, publié ce mardi 3 décembre 2013 (1). C'est « en particulier » le cas pour l'organisation de la semaine de travail (54 % estiment qu'elle 's'est dégradée'), le temps de travail des professeurs des écoles (48 %) et leurs conditions de travail (46 %). Ce point de vue est davantage exprimé en maternelle et dans les écoles qui ont appliqué la réforme des rythmes en 2013. La publication de ce sondage intervient alors que le syndicat appelle à la grève le 5 décembre 2013 pour demander la suspension de la réforme des rythmes, un budget « ambitieux » et une amélioration des conditions de travail des professeurs (AEF n°469697).
Lire la suite

Lire la suite

71 % des professeurs des écoles satisfaits de leur métier selon une enquête commandée par le Snuipp-FSU
62 % des professeurs des écoles jugent leurs débuts dans le métier « satisfaisants » selon une enquête Harris Interactive (1) commandée par le Snuipp-FSU et rendue publique, lundi 10 juin 2013. Ce chiffre est en baisse de 12 points par rapport au même sondage conduit en 2001. Par rapport à ce qu'ils attendaient du métier, ils sont à 71 % satisfaits (-10 points par rapport à la dernière enquête datée de juin 2010). 91 % d'entre eux ont le sentiment d'exercer un métier « dévalorisé » (+32 points par rapport à 2001). Ces enseignants débutants se déclarent également insatisfaits de leur formation et jugent que des effectifs trop importants par classe sont la principale cause de l'échec scolaire.
Lire la suite

À découvrir
Lire la suite

Projet de loi Immigration : le détail des dispositions concernant le travail, l’emploi et la formation

Le 1er février 2023, les ministres de l’Intérieur et du Travail Gérald Darmanin et Olivier Dussopt ont présenté en Conseil des ministres le projet de loi sur l’immigration. Le texte vise notamment à mieux intégrer la population immigrée à travers le travail. Il crée un titre de séjour "travail dans les métiers en tension", suggère aux employeurs de former à la langue française les salariés allophones, facilite l’accès au marché du travail des demandeurs d’asile et crée une nouvelle amende sanctionnant les employeurs d’étrangers ne détenant pas de titre de séjour les autorisant à travailler.

Lire la suite

Lire la suite