Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Optique : L'UFC-Que Choisir juge inadapté le plafonnement; les réseaux plus efficaces pour tirer les prix à la baisse

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir déplore l'inadaptation du mécanisme de plafonnement des remboursements d'optique par les complémentaires santé tel que projeté par la DSS dans la dernière mouture du projet de décret pris en application de la LFSS 2014 visant à redéfinir les critères du "contrat responsable". Son président, Alain Bazot, juge préférable de fixer un plafond de remboursement amorçant une réelle baisse de prix par rapport à ceux déjà pratiqués en France (470 euros pour un équipement monture + verres) et de prévoir une dégressivité du plafond sur plusieurs années. "Cela prendrait beaucoup de temps avant de produire un effet, nous pensons donc que l'outil le plus efficace, c'est de négocier les prix. Et d'amener les consommateurs à travers les réseaux de soins vers les opticiens pratiquant des prix 'assagis'".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La loi sur les réseaux de soins adoptée en seconde lecture à l'Assemblée nationale

La « proposition de loi relative aux modalités de mise en oeuvre des conventions conclues entre les organismes d'assurance maladie complémentaire et les professionels, établissements et services de santé – déposée par le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux – a été adoptée en seconde lecture par les députés le jeudi 19 décembre 2013. Initiée fin 2012 pour « corriger » l'interdiction légale pour les mutuelles d'user d'une différenciation tarifaire dans leurs réseaux de soins – alors que cette disposition existait pour les autres assureurs – la proposition de loi Le Roux a connu un long cheminement et plusieurs modifications et précisions depuis son dépôt. Au final, l'usage d'une tarification différenciée en fonction du recours au réseau est autorisé, mais restreint aux domaines de l'optique, des soins prothétiques dentaires et de l'audio-prothèse. Les médecins ne sont pas concernés par cette régulation tarifaire.

Lire la suiteLire la suite