Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le président du TGI de Nanterre plaide pour la création d'un "conseil départemental de justice"

"Les magistrats du siège sont éloignés des dispositifs dans lesquels les politiques publiques sont déclinées localement. Ils perçoivent leur relatif isolement et pourtant ils entendent bien être des juges au cœur de la cité." C’est ce qu’affirme Jean-Michel Hayat, président du TGI de Nanterre, lors de son audition par la mission d’information sur la lutte contre l’insécurité sur tout le territoire de l’Assemblée nationale, mardi 20 mai 2014. Il affirme qu’il "n’existe en fait aucune instance, à l’exception du conseil départemental de l’accès au droit, dans laquelle magistrats du siège et société civile au sens large peuvent débattre". Il préconise donc la "création d’un conseil départemental de justice". Paul-André Breton, président du TGI de Lyon et de la conférence des présidents de TGI, recommande pour sa part de "recentrer l’activité du juge sur les activités à forte plus-value".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La « commission Nadal » suggère de contraventionnaliser certains délits routiers

La commission pilotée par Jean-Louis Nadal, ancien procureur général près la Cour de cassation, propose, dans son rapport remis à Christiane Taubira, jeudi 28 novembre 2013 (AEF Sécurité globale n°469190), de contraventionnaliser certains délits routiers. Selon elle, les délits de défaut de permis et de défaut d'assurance, de conduite malgré la perte de la totalité des points et de conduite sous l'emprise d'un taux d'alcool compris entre 0,4 et 0,8 milligrame d'alcool par litre d'air expiré devraient devenir des contraventions de cinquième classe soumises à une amende forfaitaire. Ces faits ont représenté, « en 2011, environ 210 000 infractions ayant nécessité, dans leur immense majorité, la rédaction d'une procédure complète par un policier ou un gendarme » et un traitement judiciaire. Une démarche similaire pourrait concerner l'usage illicite de stupéfiants, pointe par ailleurs la commission.

Lire la suiteLire la suite