Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le Japon veut devenir "le pays au monde où le contexte est le plus propice à l'innovation" (Yuko Harayama)

"Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a fixé comme objectif que le Japon devienne le pays au monde où le contexte est le plus propice à l’innovation." C’est ce que déclare Yuko Harayama, membre exécutive permanente du Conseil japonais pour la science, la technologie et l’innovation, lors d’une conférence à Paris mercredi 7 mai 2014. Ce conseil, "créé dans les années 1990", est placé sous la responsabilité du Premier ministre. Il a intégré, "par modification de la loi, en avril dernier", la dimension d’innovation, "ce qui va au-delà du symbole et l’oblige à travailler avec les industriels", précise Yuko Harayama qui détaille au cours de sa conférence les enjeux, atouts et difficultés de la politique scientifique japonaise à cet égard.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La France progresse à la 3e place du classement 2012 des « innovateurs mondiaux », derrière les États-Unis et le Japon (Thomson-Reuters)

La France se classe en troisième position au niveau mondial et en première position au niveau européen du classement 2012 des « 100 premiers innovateurs mondiaux » publié le 4 décembre 2012 par Thomson-Reuters. Treize de ses organismes et entreprises sont considérés par l'étude comme faisant partie des 100 organisations les plus innovantes dans le monde – contre onze en 2011. Pour établir son classement, Thomson-Reuters se fonde sur quatre critères liés aux brevets déposés : le « taux de succès » (la différence entre les brevets déposés et ceux validés), la « dimension mondiale » (reconnaissance du brevet au-delà du pays d'origine), le fait qu'ils reposent « sur des innovations réelles » (et non sur l'amélioration de techniques existantes), et enfin leur « influence » (le nombre de fois où un brevet d'origine est cité par d'autres demandeurs).

Lire la suiteLire la suite