Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Maintien de l'ordre : le colonel Casaubieilh critique la réglementation qui peut "fragiliser" l'action des gendarmes

Les décrets parus en 2011 sur le maintien de l’ordre "peuvent compromettre l’équilibre qui avait été trouvé en France entre la contrainte de la force publique et la liberté de manifester", estime le colonel Pierre Casaubieilh, commandant du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie à Saint-Astier (Dordogne). Il s’exprimait à l’occasion d’un colloque organisé par l’université de Bordeaux sur les "transformations et les réformes de la sécurité en Europe", jeudi 15 mai 2014. "Ces textes n’ont pas permis de gagner en clarté et sont même de nature à fragiliser la position des responsables sur le terrain, alors que l’adversaire ou le manifestant prend désormais systématiquement des photographies ou des vidéos pour mettre en cause les gendarmes. Il ne faudrait donc pas créer une situation asymétrique." Il regrette en outre le manque de lisibilité des sommations.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Maintien de l'ordre : l'emploi d'engins lanceurs d'eau doit rester « exceptionnel » répond Claude Guéant au député Éric Raoult

L'emploi des véhicules lanceurs d'eau en France « reste tout à fait exceptionnel », indique le ministre de l'Intérieur dans une réponse écrite au député Éric Raoult (UMP, Seine-Saint-Denis), mardi 17 janvier 2012. Se fondant sur l'exemple des récentes émeutes en Grande-Bretagne, l'élu soulignait que « ces engins, utilisés à bon escient contre des groupes violents, [ont] un effet incapacitant très fort et très efficace » et évitent « les blessures liées au contact avec les forces de l'ordre, les effets collatéraux contre les curieux, et les blessures également contre les policiers ». Éric Raoult reconnaissait que ces « arrosages de manifestants » ont un « aspect répressif important car ils ont été utilisés dans des régimes autoritaires », mais plaidait pour que cette méthode soit « mise à l'étude » car elle pourrait éviter de « nombreux blessés » ou « des risques pour la vie des manifestants ».

Lire la suiteLire la suite