Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Nicolas Brun (Ciss) pose les conditions de la bonne acceptation des outils numériques par les patients (colloque OPECST)

"Pour nous, associations de patients, le numérique en santé doit garder une place centrale à la relation et au lien patients-soignants. L’outil doit contribuer à donner le sentiment aux patients qu’ils appartiennent à une équipe et sont impliqués dans la gestion quotidienne de leur maladie en vue d’une meilleure qualité de vie". C’est le point de vue exprimé jeudi 15 mai 2014 par Nicolas Brun au nom du CISS lors d’un colloque de l’OPECST sur "le numérique au service de la santé". S’il souligne la réelle appétence des patients pour les applis santé et outils connectés qui enregistrent et transmettent des données santé, Nicolas Brun met en garde contre certains discours. Comme le fait de mettre systématiquement en avant l’argument économique. "Les malades ont parfois le sentiment qu’on leur vend une médecine de seconde zone", observe-t-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi