Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Nous allons aboutir à une fragmentation, une balkanisation du cyberespace" (Barbara Louis-Sidney, CEIS)

"Sauf à trouver un cadre juridique international consensuel où chacun respecterait un code de bonne conduite, nous allons aboutir à une fragmentation, une balkanisation du cyberespace", explique Barbara Louis-Sidney, consultante en cybersécurité chez CEIS. Elle intervenait au sujet de la "crise de confiance", après les différentes révélations de surveillance étatique. "Les États vont se replier sur eux-mêmes" avec une "volonté de faire appel à des constructeurs nationaux, régionaux, de relocaliser les données et d’en faire un argument commercial", indique-t-elle lors d’un colloque organisé par le Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, mercredi 14 mai 2014 à Paris. Elle cite l’exemple de l’Allemagne qui "a annoncé l’obligation pour les officiels de conserver leurs données sur le territoire national".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le G29 demande aux membres de l'UE davantage de transparence et de contrôle vis à vis de leurs services de renseignement

"Les États membres de l’Union doivent garantir plus de contrôle et de transparence dans les activités de surveillance de leurs services de renseignement", affirme le G29 dans un avis sur la surveillance massive des citoyens européens, relayé par la Cnil, vendredi 11 avril 2014. Cet avis fait suite aux révélations d’Edward Snowden (lire sur AEF). Le G29, qui rassemble les autorités européennes de protection des données, "souligne l’illégalité de la surveillance massive, systématique et sans distinction des citoyens européens, qui ne saurait être justifiée par la seule lutte contre le terrorisme ou d’autres considérations de sécurité publique". La présidente de la Cnil, Isabelle Falque-Pierrotin, préside le G29 (lire sur AEF).

Lire la suiteLire la suite