Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les réactions politiques au rapport de la mission d'information sur l'écotaxe

Après la publication du rapport de la mission d’information sur l’écotaxe, mercredi 14 mai 2014, François-Michel Lambert (EELV, Bouches-du-Rhône) juge qu’il "reste trop timoré, et aurait pu aller plus loin". Pour le député Bertrand Pancher (UDI, Meuse), il s’agit d'"une attaque en règle, un pilonnage des propositions toutes les plus absurdes les unes que les autres de Ségolène Royal". Ce rapport, détaillant treize pistes d’évolution du dispositif, ne reprend en effet aucune des propositions évoquées par la ministre (lire sur AEF) de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. La publication a été votée à une courte majorité par la mission d’information, avec 18 voix pour et 14 contre. Les députés UMP bretons emmenés par Marc Le Fur se sont opposés au texte et ont publié un "contre rapport" proposant l’abandon du dispositif.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Écotaxe : "Quelle que soit la solution, il n'y aura pas d'accolement des mots écologie, taxe et impôt" (Ségolène Royal)

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, réaffirme sa position sur la taxe poids lourds, à l’occasion d’une audition devant la mission d’information sur l’écotaxe de l’Assemblée nationale, mercredi 30 avril 2014, le lendemain de son audition par la commission d’enquête du Sénat (lire sur AEF). Elle confirme son "objectif principal" d'ici juin : "trouver une solution pour engager les travaux" d’infrastructures de transports et "signer les contrats de plan État-région". Sur ce point, elle réitère son intention d’explorer la piste d’un financement en récupérant "une partie des bénéfices" des sociétés autoroutières, précisant que son conseiller Francis Rol-Tanguy "a commencé à discuter" avec les intéressés sur cette "piste intéressante". La ministre a en outre affirmé vouloir abandonner le terme même d’écotaxe, expliquant que "l’écologie ne doit pas être associée à un impôt".

Lire la suiteLire la suite