Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Le PIA a été une opportunité pour le MESR de réaffirmer son contrôle des politiques de l’ESR" (N. Gally, séminaire CSO)

"Le PIA est un instrument de recentralisation des politiques scientifiques" et il s’avère être "au service des regroupements universitaires" : telles sont les deux hypothèses défendues par Natacha Gally, maître de conférences en science politique à Paris-II, le 12 mai 2014, lors d’un séminaire organisé par le CSO (Sciences Po/CNRS). Elle présentait les premiers résultats d’une enquête intitulée "Gouverner l’excellence dans l’enseignement supérieur et la recherche. La genèse du Programme investissements d’avenir". Alors que le CGI est désormais sous la tutelle du ministère du Redressement productif et du MENESR et qu'Alain Juppé et Michel Rocard ont démissionné de la présidence du comité de surveillance (lire sur AEF), Natacha Gally rappelle que l'idée initiale de confier les fonds à l'ANR et de créer le CGI sous la tutelle de Matignon traduisent "une méfiance vis-à-vis des ministères".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CONFIDENTIEL. PRES et grand emprunt : le MESR présente sa « stratégie » dans sa réponse au référé de la Cour des comptes

« Les PRES, en tant que structures de mutualisation de certaines fonctions de leurs établissements membres, sont le point naturel de préparation et de coordination des réponses des établissements ou de leurs regroupements pour les projets financés par l'emprunt national », affirme le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans sa réponse au référé de la Cour des comptes relatif à la « politique de regroupements et de coopération dans l'enseignement supérieur » (AEF n°267467 ), et dont AEF s'est procuré une copie. Il y présente notamment sa « stratégie dans le cadre de l'emprunt national ». Ce référé du 22 février 2010, adressé à Valérie Pécresse, Christine Lagarde et Éric Woerth, fait suite à une enquête de la Cour et les chambres régionales des comptes menée en 2009 sur l'ensemble des PRES constitués depuis la loi recherche de 2006. Les trois ministres avaient deux mois pour répondre à la Cour, qui a récemment transmis son référé et les réponses aux commissions des finances de l'Assemblée nationale et du Sénat.

Lire la suiteLire la suite