Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

DÉCRYPTAGE. Comment les villes peuvent-elles s'impliquer dans la lutte contre la radicalisation des jeunes ?

"Au niveau des collectivités locales, rien n'a encore été fait" pour lutter contre la radicalisation des jeunes, explique l'anthropologue du fait religieux Dounia Bouzar, fondatrice du CPDSI (Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam). Elizabeth Johnston, déléguée générale de l'Efus, estime que "c'est aux villes de s'emparer de cette question". Le plan national de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes, présenté mercredi 23 avril 2014 (lire sur AEF), "les implique, mais il ne va pas aussi loin que celui mis en place en Belgique", explique-t-elle. Le ministère belge de l'Intérieur a lancé, en avril 2013, un "programme de prévention contre la radicalisation violente" qui implique particulièrement les communes.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi