Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Loi ESR : Resosup demande le maintien d’une seule enquête d’insertion professionnelle des diplômés

La publication de "statistiques comportant les taux d’insertion professionnelle des étudiants, un et deux ans après l’obtention de leur diplôme" - ainsi que le prévoit la loi ESR - peut-elle résulter d’une adaptation de l’enquête actuelle à 30 mois ou bien implique-t-elle de nouvelles enquêtes ? Resosup (Réseau des observatoires de l’enseignement supérieur) s’est déclaré favorable à la première option, indique l’association, mardi 12 mai 2014. Elle demande au MENESR "la poursuite du dispositif d’enquête en l’état", c’est-à-dire une enquête "intégrant un volet de questions sur la situation du diplômé".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
DÉCRYPTAGE. Les enjeux de l'enquête commune d'insertion professionnelle dans les universités

90 % en master, 91 % en licence professionnelle et 88 % en DUT : ce sont les taux d'insertion professionnelle des jeunes diplômés 2010, 30 mois après l'obtention de leur diplôme, ainsi que l'indiquent les résultats de l'enquête commune 2012 (1), rendus publics par le MESR le 18 décembre 2013 (AEF n°471871). Enquêter avec une méthodologie commune résulte de la nouvelle mission de service public - l'orientation et l'insertion professionnelle – que la loi LRU confie aux universités. Si elle démontre que l'université n'est pas « une usine à chômeurs », selon la CPU, l'enquête pose aujourd'hui encore, après quatre éditions, nombre de questions. Comment concrétiser les obligations de la nouvelle loi ESR ? Comment comparer ? Faut-il labelliser l'enquête elle-même, ses opérateurs, son processus ? À qui sert cette enquête ?

Lire la suiteLire la suite
Assises ESR : « Les structures d'études de l'insertion professionnelle sont trop souvent empilées, sans lien entre elles » (Resosup)

Assurer la qualité de l'enquête d'insertion professionnelle pilotée par la Dgesip en la labellisant au niveau national s'opposerait « à la demande d'un grand nombre d'observatoires de voir, au contraire, leurs compétences certifiées, par un organisme indépendant » (AEF n°238117 et n°238357) », indique Resosup (Réseau des observatoires de l'enseignement supérieur) dans sa (AEF n°453604) aux assises de l'enseignement supérieur et de la recherche, datée de début novembre 2012. « Une telle certification permettrait de reconnaître aux professionnels locaux la capacité à produire des études de qualité qui doivent, pour être utiles, répondre aux problématiques de décisions locales et pas seulement à celles du ministère. » Après avoir reçu un avis favorable - mais avec « réserves » - de la commission « services publics et services aux publics » du Cnis, cette enquête devait passer devant le « comité du label » en vue d'obtenir le « label d'intérêt général et de qualité statistique ».

Lire la suiteLire la suite