Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'association de consommateurs CLCV et la société GEOPLC lancent l'offre "Prime cash énergie"

Sensibiliser les particuliers à l’existence du dispositif des certificats d’économies d’énergie pour les faire profiter d’une "incitation financière importante" ; en proposer une variante, via l’offre "Prime cash énergie" qui garantit un délai raisonnable pour l’obtention de l’aide, la prise en charge administrative du dossier et surtout la valorisation en argent et non en bons d’achat pour les individus engagés dans cette démarche. Voilà ce que propose à ses adhérents l’association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), dans le cadre de son nouveau partenariat avec l’opérateur de transition énergétique GEOPLC, fait-elle savoir mardi 13 mai 2014.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Cour des comptes juge que l'efficacité des CEE « peut être améliorée »

La Cour des comptes juge, dans un rapport sur les certificats d'économie d'énergie remis au Premier ministre le 15 octobre 2013 et publié sur son site le lendemain, que l'efficacité du dispositif, certes « difficile à mesurer », « peut être améliorée », notamment en le simplifiant et en le rendant plus transparent. S'agissant de la précarité énergétique, la cour relève que l'utilisation des certificats dans ce domaine a été « relativement peu efficace » jusqu'à présent, malgré l'existence du programme « Habiter mieux ». Elle préconise d'apporter, à court terme, des simplifications au dispositif local de ce programme et d'envisager une approche plus directive (quotas) et/ou plus incitative (bonifications).

Lire la suiteLire la suite