Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Toute sélection qui coupe le master en deux rompt la logique du LMD" (Monique Sassier, médiatrice)

"La question du passage M1-M2 n'a pas encore été traitée mais le cabinet a confié une mission en ce sens à la Dgesip", indique le rapport annuel de la médiatrice de l’éducation nationale et de l'enseignement supérieur, Monique Sassier, rendu public mercredi 14 mai 2014, à Paris. Il poursuit : "La discussion sera ouverte en 2014 avec la CPU et les organisations étudiantes. Techniquement, il ne s'agit que d'un arrêté à modifier mais l'enjeu est tel qu'il faudra vraisemblablement plusieurs années pour faire aboutir la réforme." Interrogée par AEF, Monique Sassier indique que "toute sélection qui coupe le master en deux rompt la logique du LMD". De son côté, le cabinet de Geneviève Fioraso, secrétaire d’État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche assure qu' "il n'y a aucun projet de modification de l'arrêté master" et qu'aucun groupe ne travaille sur ce sujet.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CONFIDENTIEL. Expérimentations en santé : le MESR retient 4 projets sur 9 (Angers, Rouen, Strasbourg et SPC-Saint-Étienne)

Quatre dossiers d'expérimentations dans les études de santé, sur les neuf transmis au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (AEF n°469992), ont finalement été retenus, indique une lettre de la Dgesip aux présidents d'universités, datée du 2 décembre 2013, dont AEF a eu copie. Il s'agit des projets « portés par les universités d'Angers, Rouen, Strasbourg et le groupement d'établissements Sorbonne-Paris-Cité associé à l'université de Saint-Étienne ». Le ministère précise que les établissements non retenus (Aix-Marseille Université, université de Picardie, université de Tours, Lyon-I, l'UPMC et l'Upec) ou n'ayant pas déposé de dossiers pourront « en s'associant à un projet déjà retenu, mettre en place un projet expérimental à compter de septembre 2015 ». Voici la description des neuf projets qu'AEF s'est aussi procurés.

Lire la suiteLire la suite