Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L’Espé de Lorraine veut "étendre la zone de formation" sur la licence et la formation continue (F. Schneider, directeur)

"Nous ne disposons pas d’assez d’heures d’enseignement pour traiter toutes les facettes de la professionnalisation. [Le système] ne marchera que si […] nous parvenons à étendre la zone de formation sur la licence, et sur la formation continue", relève pour AEF Fabien Schneider, directeur de l’Espé de Lorraine (UL), revenant sur la mise en place du nouvel établissement. Avec le président du conseil d’école Marc Demeuse, professeur à l’université de Mons (Belgique), il pointe les facteurs de réussite de "l’alternance" entre l’Espé et le terrain : formation au tutorat, enseignements en co-animation (formateurs de l’université et de terrain), rôle du chef d’établissement, etc. "Le fait d’avoir une dizaine de fonctionnaires stagiaires dans son établissement scolaire doit être vu comme un avantage, plutôt que comme une charge", estime Marc Demeuse.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Bilan des Espé : une formation des enseignants enfin professionnalisée ?

Le ministre de l'Éducation nationale avait prévenu que "la perfection ne [serait] pas atteinte" dès la première rentrée marquant la création des Espé en septembre dernier, et qu'il faudrait "sans doute" les améliorer en 2014. Six mois plus tard, après le départ de Vincent Peillon, où en est-on dans la "professionnalisation" de la formation des enseignants ? Cette réforme qui nécessite d'être menée dans la durée s'appuie sur l'idée partagée lors de la concertation qu'"enseigner est un métier qui s'apprend", à partir d'un diagnostic sévère de la masterisation de Xavier Darcos. L'action de Vincent Peillon, liée à la promesse de création de postes sur le quinquennat, a plutôt porté sur des questions de structure mais la redéfinition des concours et la création d'une fonction de formateurs du 2nd degré, témoignent de cette volonté de préparer les futurs enseignants à la réalité du métier.

Lire la suiteLire la suite