Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

JL Durousset (UEHP): "la libre circulation des personnes en Europe ne doit pas exister que pour les bien-portants"

Jean-Loup Durousset, vice-président de l'UEHP (Union européenne de l'hospitalisation privée) revient dans un entretien à l'AEF sur les raisons qui ont poussé cette union des différentes fédérations hospitalières privées d'Europe à adresser aux chefs de file des candidats aux élections européennes un questionnaire sur leurs intentions et priorités d'action en matière de santé pour la prochaine législature. "Au-delà de la libre circulation des travailleurs effective dans une Europe où il y a beaucoup de chômage et de difficultés, la question à résoudre, dans ces six prochaines années, est de savoir comment donner aux citoyens européens l'assurance qu'on leur offre des soins de qualité sans mettre en péril leurs comptes sociaux nationaux", affirme le président de la FHP. Il se dit aussi partisan d'un assouplissement, voire d'une suppression du numerus clausus en vigueur en France.  

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Remboursement de frais médicaux engagés dans un autre État membre : la Commission ouvre une procédure d'infraction contre l'Espagne

« La législation d'un État membre qui – même si elle n'empêche pas les affiliés de son système national de recevoir des traitements médicaux dans un autre État membre – n'assure pas pour ces traitements le même niveau de couverture que celui dont ils auraient bénéficié » s'ils avaient subi ces traitements dans l'État d'affiliation, est constitutive d'une « restriction à la libre prestation des services ». C'est ce que conclut l'avocat général de la Cour de justice européenne, Paolo Mengozzi, concernant la procédure d'infraction ouverte à l'encontre de l'Espagne pour manquement au règlement n°1408/71 sur la coordination des systèmes de sécurité sociale (1). Ce pays a fait l'objet d'une plainte auprès de la Commission par un citoyen français résidant en Espagne, et affilié à ce titre à son système de santé, qui avait dû être hospitalisé inopinément lors d'un séjour en France. Or, la sécurité sociale espagnole lui a refusé le remboursement du « ticket modérateur » que l'hôpital français avait mis à sa charge alors qu'en Espagne les prestations hospitalières fournies par le service national de santé sont prises en charges et sont donc gratuites. La Commission estime à ce titre que l'Espagne a manqué aux obligations qu'il lui incombent en vertu de l'article 49 du Traité CE.

Lire la suiteLire la suite