Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Amiante : "La réglementation nous a contraints à décaler et à modifier" la réhabilitation d'une résidence (Opievoy)

Les locataires d’un HLM géré par l’Opievoy, à Saint-Prix (Val-d’Oise), ont manifesté au pied de leur immeuble samedi 3 mai 2014, après la détection d’amiante dans le bâtiment. En effet, explique l’OPH francilien à AEF Habitat et Urbanisme, mardi 6 mai, "une réhabilitation importante des 230 logements de la résidence" était prévue, mais a dû être décalée et modifiée dans son projet initial "en raison de l’entrée en application de la nouvelle réglementation relative à l’amiante". C’est la modification du projet initial, le retard pris dans les travaux et, in fine, la présence d’amiante dans le bâtiment qui ont provoqué la "colère" des locataires.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'Opievoy, après audit de la fédération des OPH, s'estime « en parfaite homogénéité » avec la moyenne des offices franciliens

L'Opievoy, OPH interdépartemental de l'Essonne, du Val-d'Oise et des Yvelines, indique avoir examiné, ce lundi 4 mars 2013 en conseil d'administration, les préconisations inscrites au rapport de la CRC d'Île-de-France, diffusées vendredi 22 février (AEF Habitat et Urbanisme n°195047). « Au terme d'un débat riche et constructif, les administrateurs ont confirmé point par point la réponse du directeur général [Serge Aguilar] aux magistrats de la CRC et pris acte » des observations d'irrégularités concernant la subvention versée au COS (comité des oeuvres sociales de l'organisme). « L'office compte agir sur ces points rapidement », assure l'Opievoy à AEF Habitat et Urbanisme. Il souligne que l'audit réalisé par la fédération des OPH, à sa demande, sur sa situation financière au 31 décembre 2012, et dont les résultats lui ont été communiqués le 19 février 2013, met en perspective les conclusions de la CRC. Et lui permet de tirer la conclusion suivante : « L'Opievoy est en parfaite homogénéité avec la moyenne des offices d'Île-de-France pour ce qui concerne les frais de structure. »

Lire la suiteLire la suite
L'Opievoy a « peu contribué à l'accroissement de l'offre nouvelle de logements sociaux en Île-de-France » (chambre régionale des comptes)

« Deuxième OPH de France en termes de logements gérés », l'Opievoy (office public de l'habitat interdépartemental de l'Essonne, du Val-d'Oise et des Yvelines) « a peu contribué à l'accroissement de l'offre nouvelle de logements sociaux en Île-de-France [au cours des exercices 2006 et suivants] alors même que la demande est forte et en hausse », selon la CRC (chambre régionale des comptes) d'Île-de-France. Dans son rapport, diffusé vendredi 22 février 2013, elle note que l'Opievoy gère, au 31 décembre 2010, un patrimoine de près de 50 000 logements locatifs sociaux (dont près de 48 000 en propriété directe). Sur la période étudiée, le parc s'est accru, en net, de précisément 7 892 logements, soit près de 20 % du parc total. « Or, il ressort que cette hausse n'est due qu'à l'acquisition de logements déjà existants et occupés, et, pour la plupart, déjà gérés par l'office. »

Lire la suiteLire la suite
« L'Opievoy vit actuellement une crise de gouvernance [mais] nous devons continuer de nous montrer dignes de [notre] mission » (S. Aguilar)

« L'Opievoy [office public de l'habitat interdépartemental de l'Essonne, du Val-d'Oise et des Yvelines] vit actuellement une crise de gouvernance qui peut en effet, ralentir quelque peu les choses », reconnaît Serge Aguilar, secrétaire général de l'établissement et directeur général par intérim depuis le départ de Jean-Alain Steinfeld en septembre dernier (AEF Habitat et Urbanisme n°207133). S'il explique à AEF Habitat et Urbanisme, mardi 4 décembre 2012, « ne pas vouloir entrer dans le débat et rester dans la réserve », il juge que l'organisation ce même jour d'un comité d'entreprise extraordinaire était « essentielle » pour « rassurer » les 1 098 salariés sur « la continuité de leur activité et celle de la qualité des services rendus aux locataires ». Cette rencontre était organisée en réponse aux interrogations du personnel à la suite du départ mi-novembre, des conseils généraux du Val d'Oise et des Yvelines du conseil d'administration de l'office (AEF Habitat et Urbanisme n°200950). « Nous devons continuer de nous montrer dignes de la mission qui est la nôtre malgré le tumulte », ajoute-t-il.

Lire la suiteLire la suite