Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Rythmes : Claudy Lebreton (ADF) "plaide pour une Éducation territoriale". Vanik Berberian (AMRF) contre une date butoir

Le président de l’Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton (PS), "plaide pour une Éducation territoriale et non plus nationale", déclare-t-il en conférence de presse, mardi 6 mai 2014, à l’occasion de la publication du guide "le maire et l’école", réalisé avec l'AMRF. "Je serais maire aujourd’hui, je serais très heureux de mettre en place" la réforme des rythmes scolaires, poursuit-il, estimant que cette réforme "fait entrer davantage les collectivités dans l’école". Le président de l’AMRF, Vanik Berberian (MoDem) s’est lui aussi exprimé sur cette réforme, demandant qu’il n’y ait "pas de date butoir" à son application et un financement pérenne de la réforme par l’État, qui vienne en aide "aux communes qui en ont le plus besoin". Selon lui, Benoît Hamon, le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche "essaye" de l’obtenir.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Rythmes scolaires : le projet de décret autorisant les expérimentations pour "déverrouiller les blocages"

Le projet de décret "portant autorisation d'expérimentations relatives à l'organisation des rythmes scolaires" dans les écoles primaires prévoit la possibilité de déroger pendant trois ans à plusieurs dispositions du décret du 24 janvier 2013 (lire sur AEF). Il introduit "la possibilité de d'étaler le temps [scolaire] sur les vacances", précise l'entourage du ministre, d'organiser la semaine sur moins de 24h et minimum huit demi-journées d'enseignement en élargissant le temps de classe quotidien à 6h. Il instaure une consultation obligatoire du ou des conseils d'école. Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Benoît Hamon, indique qu'il a beaucoup consulté les parents d'élèves, les enseignants et "des maires de grandes communes" pour proposer cet assouplissement. Il précise que la "dérogation est de nature à déverrouiller les blocages".

Lire la suiteLire la suite