Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Classement de Leiden sur l'impact des publications : l'ENS Paris, 1re institution française, est au 57e rang mondial

L’université de Rockefeller arrive en tête du classement 2014 de Leiden sur l'impact des publications scientifiques, suivie du MIT, de l’université Harvard, de l’université de Californie Berkeley et de l’université de Stanford – toutes cinq localisées aux États-Unis. Première institution française, l’École normale supérieure se positionne à la 57e place. Réalisé par l’université de Leiden (Pays-Bas), ce classement se fonde sur l’analyse de la base de données des publications scientifiques du Web of science de Thomson Reuters pour la période 2009-2012 et plus précisément, pour sa partie "impact", sur l’analyse des citations de ces publications. Dans une autre section, le classement analyse la part des collaborations dans les publications des institutions : l’université de Montpellier-I s’y positionne au 4e rang mondial, derrière trois universités taïwanaises.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Évaluation des chercheurs : l'Académie des sciences formule cinq recommandations pour l'usage de la bibliométrie

« Les indices bibliométriques ne peuvent pas être utilisés de la même façon selon l'objet de l'évaluation : recrutements, promotions, contrats, distinctions, etc. » Ainsi, « il faut éviter l'utilisation des indicateurs bibliométriques pour les chercheurs ayant moins de dix années de carrière afin d'éviter la chasse aux domaines à fort taux de citations », et également exclure le recours à la bibliométrie pour le recrutement des jeunes chercheurs. C'est l'une des cinq recommandations de l'Académie des sciences dans son rapport intitulé « Du bon usage de la bibliométrie pour l'évaluation individuelle des chercheurs », remis à Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, lundi 17 janvier 2011. De plus, « les évaluations bibliométriques des chercheurs candidats à un contrat de recherche ou à une distinction (prix, médailles, académies, etc.) doivent être abordées de façon particulière en fonction du contexte et de l'âge des chercheurs concernés, en donnant une grande importance à l'originalité du travail souvent mal prise en compte par la bibliométrie ». Ces recommandations « ne constituent que quelques suggestions qui demandent à être approfondies », précise l'Académie.

Lire la suiteLire la suite