Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Commission européenne propose de "renforcer les efforts" contre les risques chimiques et bactériologiques

La Commission européenne présente une communication pour "une nouvelle approche de l'UE en matière de détection et d'atténuation des risques CBRN-E", lundi 5 mai 2014. Elle propose de "renforcer les efforts déployés par l'Europe pour améliorer la détection des explosifs et des substances dangereuses, intensifier la recherche en Europe et mener des actions de sensibilisation dans les États membres".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Un consortium lance un projet de recherche européen pour élaborer des laboratoires NRBC mobiles

Un projet de recherche européen, qui vise à harmoniser la définition, évaluer la faisabilité, et estimer les coûts de production de laboratoires NRBC mobiles, est lancé, le dimanche 1er décembre 2013. Ce projet (AEF Sécurité globale n°186120), intitulé Miracle (Mobile Laboratory Capacity for the Rapid Assessment of CBRN Threats Located within and outside the EU), devrait être clôturé en mai 2015. « L'objectif global de cette étude de faisabilité est de produire un modèle européen pour l'élaboration des laboratoires et structures mobiles déployables sur le terrain en réponse à des attaques ou accidents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, ayant un impact transfrontalier ou international », précise le consortium en charge du projet.

Lire la suiteLire la suite