Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Rythmes : le projet de décret sur les expérimentations rejeté par le CSE et le CTM

Le projet de décret "portant autorisation d'expérimentations relatives à l'organisation des rythmes scolaires" obtient une majorité de votes négatifs en CSE et en CTM, lundi 5 mai 2014, selon les informations recueillies par AEF de sources syndicales. Voici le détail des votes en CSE : 3 votes pour (Peep, JPA, Ligue de l'enseignement), 27 abstentions (Unsa, Sgen-CFDT, UNL) et 31 votes contre (FO, CGT, SUD, FCPE, FSU, Snalc). Le CTM rejette également le texte : 10 contre (FSU, CGT, FO, SUD) et 5 abstentions (Sgen et Unsa). Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Benoît Hamon est venu s'exprimer devant le CSE. Il aurait rendu hommage à l'action de Jean-Paul Delahaye, Dgesco, récemment démissionnaire (lire sur AEF) et précisé qu'il présenterait ses priorités d'action lors de la prochaine séance le 16 mai.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Nouveau décret sur les rythmes : les réactions des associations partenaires de l'école publique et du SEP-Unsa

"Sommes-nous en train de revenir vers le modèle scolaro-centré ?" s’interroge le SEP-Unsa dans un communiqué du 30 avril 2014, suite à l’annonce du projet de décret "portant autorisation d’expérimentations relatives à l’organisation des rythmes scolaires" (lire sur AEF). Le syndicat de l’éducation populaire regrette ainsi "que le levier des PEDT n’ait pas été conservé comme le cadre de réalisation de ces expérimentations". Le Cape souhaite aussi que ces "expérimentations s’inscrivent à moyen terme dans des démarches de projets éducatifs territoriaux". Le collectif estime que "ce projet de décret s’inscrit dans les objectifs fixés concernant l’aménagement des rythmes scolaires" dans la mesure où il "apporte la possibilité d’adaptations, à titre expérimental [et] prévoit que ces expérimentations ne pourront se mettre en place qu’avec l’accord de toute la communauté éducative […]".

Lire la suiteLire la suite
Rythmes : les réactions de syndicats, chercheurs et fédérations de parents d'élèves au nouveau décret

Snuipp-FSU, SE-Unsa, FCPE et Peep sont plutôt satisfaits du projet de décret autorisant des expérimentations en matière de rythmes scolaires qui sera examiné en CSE et CTM le 5 mai (lire sur AEF). Ce projet de texte doit permettre d’assouplir par dérogation, le décret du 24 janvier 2013 qui impose une semaine de 9 demi-journées. Ces trois organisations approuvent le fait que le conseil d’école soit consulté obligatoirement, le Snuipp et la Peep mettant toutefois en avant que certains projets appliqués de longue date dans des communes restent toujours exclus du cadre réglementaire, ce que note la chercheuse Claire Leconte. Snudi-FO, Snalc, SNE-Fgaf et Snep-Faen s’opposent au nouveau texte qui, selon eux, accorde trop de pouvoir aux collectivités. Pour le Laboratoire de l’égalité, il ne faudrait pas que ces "ajustements" aient des "conséquences négatives sur l’activité des femmes".

Lire la suiteLire la suite
Rythmes scolaires : le projet de décret autorisant les expérimentations pour "déverrouiller les blocages"

Le projet de décret "portant autorisation d'expérimentations relatives à l'organisation des rythmes scolaires" dans les écoles primaires prévoit la possibilité de déroger pendant trois ans à plusieurs dispositions du décret du 24 janvier 2013 (lire sur AEF). Il introduit "la possibilité de d'étaler le temps [scolaire] sur les vacances", précise l'entourage du ministre, d'organiser la semaine sur moins de 24h et minimum huit demi-journées d'enseignement en élargissant le temps de classe quotidien à 6h. Il instaure une consultation obligatoire du ou des conseils d'école. Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Benoît Hamon, indique qu'il a beaucoup consulté les parents d'élèves, les enseignants et "des maires de grandes communes" pour proposer cet assouplissement. Il précise que la "dérogation est de nature à déverrouiller les blocages".

Lire la suiteLire la suite