Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"La mobilité apparaît comme un élément moteur des parcours" des femmes dirigeantes (AFMD)

Dans un ouvrage publié fin avril 2014, l’AFMD "apporte des éclairages nouveaux sur le processus d’accession des femmes aux instances dirigeantes". Fondé sur le témoignage de 42 femmes membres de comités exécutifs et comités de direction, l’ouvrage, intitulé "Femmes dirigeantes en entreprise : des parcours aux leviers d’action", décrit "le rôle joué par les différents acteurs dans la promotion des femmes à ces postes de responsabilité et offre des pistes d’actions concrètes". Il en ressort notamment que la mobilité s’inscrit "au cœur de la dynamique qui permet aux femmes dirigeantes de dépasser un certain nombre d’obstacles associés à des 'carrières au féminin' et à la construction du plafond de verre".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La loi sur la mixité dans les conseils a un faible effet d'entraînement dans les autres instances décisionnelles

En matière de mixité dans les conseils d’administration et conseils de surveillance, "des progrès certains ont été réalisés" depuis la mise en œuvre de la loi "Copé-Zimmermann" (lire sur AEF). "Mais, comme on le dit en termes diplomatiques, il reste des marges de progrès", observe Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, à l’occasion d’une table ronde organisée par l’Afeca (Association des femmes diplômées d’expertise comptable administrateurs), mardi 18 mars 2014. Danielle Bousquet regrette notamment "le faible effet d’entraînement de la loi dans les autres instances décisionnelles": si la part des femmes dépasse 20 % parmi les administrateurs des entreprises du CAC 40, elle plafonne à 8 % dans les comités exécutifs.

Lire la suiteLire la suite
Mixité dans les conseils d'administration : une étude Edhec alerte sur l'apparition d'un « plafond de verre qualitatif »

« La proportion de femmes parmi les membres des conseils d'administration des grandes entreprises françaises a nettement augmenté » depuis 2010, mais les femmes restent « moins présentes que les hommes dans les comités spécialisés où les décisions se préparent », constatent trois chercheurs de l'Edhec, dans une note datée de juillet 2013, rendue publique début décembre. Ils estiment qu'un « plafond de verre qualitatif » est en train de se substituer au « plafond de verre quantitatif », les femmes entrant dans les CA n'occupant pas les mêmes mandats que les hommes. En 2014, les conseils d'administration ou de surveillance des grandes entreprises devront compter au moins 20 % de femmes, pour se conformer à la loi.

Lire la suiteLire la suite
Mixité dans les conseils d'administration : « l'objectif de 20 % déjà atteint, il sera plus difficile d'atteindre celui de 40 % pour 2017 »

La deuxième étape de la loi du 27 janvier 2011 sur la représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les conseils d'administration et de surveillance (AEF n°249625), qui prévoit 40 % de femmes dans les conseils en 2017, "va peut être être plus difficile à réaliser que la première étape de 20 % pour 2014, qui est déjà dépassée », prévient Marie-Jo Zimmermann, députée (UMP) de la Moselle, vice-présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, mardi 12 février 2013. Selon une étude sur les « administratrices dans les sociétés françaises cotées sur Euronext Paris au 30 juin 2012 » présentée par Guy Le Péchon, associé-gérant du cabinet Gouvernance & Structures (1), « en moyenne, toutes les sociétés ont progressé de fin juin 2011 à fin juin 2012, même si une forte hétérogénéité de situations existe au sein des différentes catégories de sociétés cotées sur Euronext. Les moyennes donnent une version optimiste. Au total, encore beaucoup d'entreprises n'ont pas atteint les 20 % ».

Lire la suiteLire la suite