Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

OGM : la proposition de loi d'interdiction adoptée sans modification en commission au Sénat

La commission des affaires économiques du Sénat adopte sans modification, mercredi 30 avril 2014 au matin, la proposition de loi visant à interdire la culture des variétés de maïs génétiquement modifié en France. Son examen en séance publique, prévu le 5 mai, pourrait être plus compliqué, puisqu’un texte identique avait été retoqué par le Sénat en février dernier (lire sur AEF). Les députés n’avaient donc pas pu se saisir de ce texte et le groupe socialiste avait dû déposer une nouvelle proposition qui a été adoptée par l’Assemblée nationale le 15 avril dernier (lire sur AEF).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
OGM: l'Association générale des producteurs de maïs engage un recours contre le nouvel arrêté interdisant le MON 810

L'AGPM (Association générale des producteurs de maïs) annonce mardi 18 mars 2014 qu'elle engage une procédure devant le Conseil d'État afin d'obtenir l'annulation de l'arrêté ministériel interdisant la commercialisation, l'utilisation et la culture des variétés de semences de maïs génétiquement modifié, publié au Journal officiel du 15 mars (lire sur AEF). Elle se fonde sur "l'absence d'éléments scientifiques nouveaux depuis les annulations des arrêtés d'interdiction antérieurs en 2011 puis 2013". L'AGPM déclare avoir "souhaité un dialogue constructif avec le gouvernement sur les biotechnologies et les OGM" depuis "l'été dernier" pour mettre "un terme à la gestion uniquement contentieuse du dossier". "Le gouvernement n'a malheureusement pas répondu aux propositions professionnelles et privilégie la voie juridique."

Lire la suiteLire la suite
OGM : la France isolée face à une majorité d'Etats européens soutenant le compromis grec sur la directive subsidiarité

Une majorité d'États membres s'est exprimée en faveur du texte de la présidence hellénique du Conseil de l'UE portant sur la possibilité de laisser aux États le choix de la culture d'OGM sur leur territoire, lors d'un débat au Conseil Environnement, lundi 3 mars 2014. Cette proposition reprend en l'amendant la proposition de la présidence danoise de juin 2012, qui avait été refusée par une minorité de blocage comprenant la France (AEF n°213060). Les États ont justifié leur soutien par « l'urgence » du dossier, alors que la Commission européenne pourrait autoriser la culture du maïs TC 1507 malgré une opposition de 19 États membres. Plusieurs pays ont cependant réclamé d'avantage de « sécurité juridique ». La France a quant à elle mis sur la table une nouvelle proposition, inspirée du principe d'autorisation pour les pesticides et les médicaments, mais repoussée par la plupart des ministres présents.

Lire la suiteLire la suite
La proposition de loi socialiste sur l'interdiction de culture d'OGM est adoptée en commission à l'Assemblée nationale

Une proposition de loi sur l'interdiction de la mise en culture de certains OGM, portée par le député et président du groupe socialiste Bruno Le Roux (Seine-Saint-Denis), a été adoptée en commission du développement durable, saisie sur le fond, le 26 février 2014. Le texte a été modifié par la rapporteure Geneviève Gaillard (PS, Deux-Sèvres) pour appliquer l'interdiction à toutes les variétés de maïs génétiquement modifié et non au seul MON 810. Un amendement du groupe écologiste (AEF n°476629) a été retiré : il proposait un titre élargi aux "plantes génétiquement modifiées". Le texte a été soutenu par le groupe UDI mais pas par l'UMP, qui a dénoncé la "précipitation" et la "manoeuvre politicienne" du gouvernement. Les sénateurs UMP se sont opposés à une proposition de loi similaire le 17 février, entraînant son rejet (AEF n°476938). Le texte sera examiné le 15 avril en séance publique.

Lire la suiteLire la suite