Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Manuel Valls veut intensifier la mobilisation des services de l'État pour l'emploi

Manuel Valls, entouré de plusieurs ministres, dont ceux en charge du Travail et de l'Économie, demande aux préfets et aux services déconcentrés de l'État de se mobiliser pour faire vivre dans les territoires le pacte de responsabilité et de solidarité que le gouvernement place au centre de sa politique en faveur de l'emploi. Lors d'une réunion organisée à Paris dont la conclusion devait être assurée par François Hollande le 28 avril, le Premier ministre juge qu'il faut "amplifier la mobilisation de tous pour l'emploi et contre le chômage". "Nous devons aller plus loin, plus vite plus fort", affirme-t-il en soulignant que la réforme annoncée des collectivités locales doit être accompagnée par une réforme de l'État et une réduction des déficits. Les derniers arbitrages concernant le plan d'économies de 50 Md€ viennent d'être rendus par l'exécutif avant son vote par le Parlement, mardi.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Programme de stabilité 2013-2017 : le maintien du chômage à un haut niveau fragilise les prévisions du gouvernement

La persistance de la crise économique et le possible maintien à un haut niveau du chômage font partie des facteurs qui rendent incertaines les prévisions macro-économiques retenues par le gouvernement dans le cadre du programme de stabilité pour la période 2013-2017. C'est, en substance, la conclusion du Haut Conseil des finances publiques exposée dans son avis du 15 avril 2013, rendu public mardi 16 avril 2013, sur le programme de stabilité français qui doit être débattu au Parlement avant sa transmission à la Commission européenne à la fin du mois. Le Haut Conseil, sans délivrer d'avis formellement négatif, n'exclut pas « un léger recul du PIB en 2013 » quand le gouvernement anticipe une faible progression (+0,1 %), et « une croissance sensiblement inférieure » à la prévision gouvernementale de +1,2 % en 2014. Une moyenne de 2 % de croissance du PIB sur 2015-2017 est également jugée « trop optimiste ».

Lire la suiteLire la suite