Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Qualité de l'air : Ségolène Royal "souhaite que les 21 PPA qui restent à adopter le soient rapidement"

"42 000 décès prématurés par an sont liés à la pollution aux particules fines", rappelle Ségolène Royal lors de sa première conférence de presse en tant que ministre de l’Écologie, vendredi 25 avril 2014. Les PPA (plans de protection de l'atmosphère) "font partie des outils à disposition des collectivités" pour lutter contre cette pollution, or "21 plans [sur 36] restent à adopter : je souhaite qu'ils le soient rapidement ! Je vais mobiliser les collectivités et les préfets". Cette déclaration intervient alors que trois PPA en Rhône-Alpes et un PPA dans le Nord-Pas-de-Calais ont été validés en février et mars 2014, et que la France est toujours menacée par la Commission européenne de deux procédures de contentieux et un pré-contentieux pour non respect des normes de qualité de l'air.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Pollution de l'air, transports et place de la nature en ville sont les grands thèmes de ces élections municipales 2014

À l’occasion des élections municipales, dont le premier tour se tiendra dimanche 23 mars 2014, AEF Développement durable s'est arrêtée dans dix grandes villes françaises (Bordeaux, StrasbourgNantes, Marseille, Brest, Montpellier, Lyon, Paris, Lille et Grenoble) pour tenter de dégager les principaux enjeux environnementaux et énergétiques locaux, à travers un bilan de la mandature 2008-2014, les dossiers polémiques et les programmes des candidats en lice. Certains thèmes ont émergé pendant cette campagne et reviennent d'une ville à l'autre. La pollution de l'air, largement débattue à Paris, a également été une question importante à Lille. Les transports, et plus précisément la place à accorder à la voiture, ont été le centre des préoccupations à Brest, Lyon et Strasbourg. La nature en ville a été notamment abordée à Montpellier et à Marseille.

Lire la suiteLire la suite