Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L’université de Nantes veut développer le contrôle continu, pour des questions "pédagogiques et organisationnelles"

Proposer à l’avenir davantage d’évaluations sous la forme d’un contrôle continu, tel est le souhait de l’université de Nantes, comme l’explique Frédéric Le Blay, vice-président en charge de la formation et de la vie universitaire, lors d’un entretien accordé à AEF, jeudi 17 avril 2014. Il s’exprime sur cette question alors que le tribunal administratif de Strasbourg vient d’enjoindre l’Unistra de mettre en place une session de rattrapage pour l’ensemble de ses formations en licence où une évaluation continue intégrale existe (1). À Nantes, le contrôle continu ne concerne que quelques composantes, et seulement pour certains modules. L’université souhaite le développer, pour des questions "pédagogiques et organisationnelles". Frédéric Le Blay explique en particulier que l’organisation du contrôle final représente un coût important.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Contrôle continu : l'Unef "met en garde le MESR" contre la modification de l'arrêté licence voulue par la CPU

Le "chantage" des présidents d’université, lesquels "menacent de supprimer purement et simplement le contrôle continu en licence si les rattrapages restent obligatoires, est inacceptable", dénonce l'Unef le 29 mars 2014. L'organisation étudiante fait référence à une prise de position de la CPU (Conférence des présidents d'université), qui a demandé au ministère de modifier l'arrêté licence de 2011, afin que les universités ne soient pas contraintes d'organiser des sessions de rattrapage si une évaluation continue intégrale est mise en place. L'Unef estime aussi que "la question budgétaire est en toile de fond" de la demande de la CPU

Lire la suiteLire la suite
Contrôle continu intégral : la CPU demande la modification de l'arrêté licence de 2011

La CPU, réunie en assemblée plénière, demande la modification des "textes relatifs au contrôle continu intégral" en licence, dans une prise de position rendue publique jeudi 27 mars 2014. Elle considère que le récent jugement du tribunal administratif de Strasbourg, selon lequel l'organisation d'une 2e session de rattrapage est obligatoire en licence, même dans le cadre d'une ECI (évaluation continue intégrale), risque de remettre en cause la "généralisation" de cette modalité de contrôle des connaissances ainsi que sa mise en œuvre "dans les filières à forts effectifs". Pour justifier sa position, la CPU s'appuie notamment sur un courrier de l'ancien Dgesip, Patrick Hetzel, et insiste sur l'intérêt pédagogique présenté par l'ECI.

Lire la suiteLire la suite