Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le projet de loi d'avenir pour l'agriculture, adopté en première lecture au Sénat, renforce le rôle des Safer

Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt a été adopté au Sénat mardi 15 avril 2014, par 175 voix contre 135. Le texte, déjà voté par les députés en janvier dernier (lire sur AEF) renforce notamment le rôle des Safer en vue d’une meilleure installation des jeunes agriculteurs. Plusieurs des modifications apportées par les sénateurs intéressent les enjeux d’urbanisation des territoires. Le texte doit maintenant être examiné en seconde lecture à l’Assemblée nationale en juin ou juillet.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi d'avenir pour l'agriculture

L'Assemblée nationale a adopté, mardi 14 janvier 2014, par 332 voix contre 205, le projet de loi « d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt », modifiant le texte présenté en conseil des ministres le 13 novembre dernier (AEF Habitat et Urbanisme n°469746) et déjà amendé par la commission des affaire économiques mi-décembre. Désormais, le projet de loi acte la création d'observatoires régionaux des espaces naturels, agricoles et forestiers, « déclinaisons locales » de l'Oncea, et met en oeuvre une plus grande cohérence territoriale, en renforçant la coopération entre ces observatoire régionaux, leur homologue national et les CDCEA. Le texte prévoit en outre la conduite d'un inventaire quinquennal « des terres considérées comme des friches, qui pourraient être réhabilitées pour l'exercice d'une activité agricole ou forestière ».

Lire la suiteLire la suite
Le projet de loi agriculture prévoit que les Scot comportent un objectif chiffré de lutte contre l'étalement urbain

Le gouvernement entend « mieux lutter contre l'artificialisation des sols » dans son projet de loi « d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt », présenté mercredi 13 novembre 2013 en Conseil des ministres. Il prévoit notamment que les Scot devront comporter un objectif chiffré de « consommation économe de l'espace et de lutte contre l'étalement urbain », et étend aux intercommunalités compétentes en matière d'urbanisme la faculté d'élaborer des périmètres de protection des espaces naturels et agricoles périurbains. Le député socialiste Germinal Peiro (Dordogne) a été nommé rapporteur sur le fond par la commission des affaires économiques et Jean-Yves Caullet (PS, Yonne) rapporteur pour avis pour la commission du développement durable.

Lire la suiteLire la suite
Modernisation de l'agriculture : publication au JO d'un décret précisant le contenu des SCOT et des PLU

Le décret n° 2012-290 du Premier ministre daté du 29 février 2012 relatif aux documents d'urbanisme et pris pour l'application de l'article 51 de la loi n° 2010-874 du 27 juillet 2010 de modernisation de l'agriculture et de la pêche est publié au Journal officiel du 2 mars 2012 (AEF Habitat et Urbanisme n°220062). Ce texte, qui entre en vigueur le lendemain de sa publication, vise à mettre en conformité « la partie réglementaire du code de l'urbanisme relative aux documents d'urbanisme avec les dispositions de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, dite loi Grenelle II, et celles de la loi du 27 juillet 2010 de modernisation de l'agriculture et de la pêche, en particulier en ce qui concerne le contenu des Scot (schémas de cohérence territoriale) et des PLU (plans locaux d'urbanisme) ». Sont visés : les collectivités territoriales, l'État, les professionnels de la construction et de l'immobilier, ainsi que les particuliers.

Lire la suiteLire la suite