Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Tirage au sort en Staps : l'Anestaps se positionne contre, la C3D "en regrette la nécessité"

L'Anestaps (Fage) appelle les étudiants à manifester le 9 avril 2014 dans 15 villes pour dénoncer "l'illisibilité des formations" dans le domaine du sport et la mise en place du tirage au sort à l’entrée des UFR Staps. Dans une "lettre ouverte" à trois ministres, elle explique aussi que "le premier jet" du projet de loi relatif à la modernisation du sport est "la provocation de trop". La C3D (Conférence des directeurs et doyens Staps) appuie la démarche de l'organisation étudiante. Elle prend de son côté position sur la capacité d'accueil et sur les nouveaux certificats de spécialisation dans le domaine sport-santé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Cour des comptes : « la filière Staps souffre de la concurrence des formations qualifiantes labellisées par le ministère des Sports »

« Les Staps sont une filière qui répond de façon incomplète aux besoins de professionnalisation du mouvement sportif et aux objectifs d'insertion professionnelle des étudiants », indique la Cour des comptes dans un rapport intitulé « Sport pour tous et sport de haut niveau : pour une réorientation de l'action de l'État », rendu public jeudi 17 janvier 2013. 89 % des diplômés de licence Staps étaient en situation d'emploi trois ans après l'obtention du diplôme, selon une étude du Cereq en 2008 (1). Quant aux diplômés de master 2008, 90,5 % étaient en emploi en 2010, selon la Dgesip. « Toutefois, les trois quarts seulement de ces diplômés ont un emploi stable, et un tiers d'entre eux ne parviennent pas à être recrutés en tant que cadres ou professions intermédiaires. De plus, cette filière ne mène pas nécessairement à des métiers en relation avec le sport : une partie des diplômés de master Staps peuvent être embauchés comme vendeurs chez des équipementiers sportifs, surveillants de piscine municipale, animateurs de petits clubs sportifs », indiquent les auteurs du rapport.

Lire la suiteLire la suite