Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

"Il y a un lien clair entre le trafic de marchandises illicites et d'autres formes de criminalité organisée" (Interpol)

"Il existe un lien clair entre le trafic de marchandises illicites et d'autres formes de criminalité organisée. Les bénéfices provenant des produits de contrefaçon sont utilisés pour le trafic de drogue ou d'êtres humains", affirme Ronald K. Noble, secrétaire général d'Interpol, dans un rapport publié par Interpol, jeudi 3 avril 2014. "À travers des exemples réels", le document (en anglais) aborde "la contrefaçon et la contrebande, les faux médicaments, le trafic d'armes, la traite d'êtres humains et d'organes, le trafic de drogue, les crimes financiers, le terrorisme, la criminalité environnementale et la cybercriminalité".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Ronald K. Noble regrette que peu de pays utilisent la base de données des passeports volés d'Interpol

« Il est trop tôt pour spéculer sur un lien entre les passeports volés et l'avion disparu, mais il est préoccupant qu'un passager puisse embarquer sur un vol international en utilisant un passeport volé, répertorié dans les bases de données Interpol », affirme le secrétaire général de l'organisation, Ronald K. Noble, dimanche 9 mars 2014. Il réagit à la disparition du vol MH 370 de Malaysia Airlines, sur lequel « au moins » deux personnes avaient embarqué avec des passeports volés.

Lire la suiteLire la suite
Mireille Ballestrazzi détaille les partenariats public-privé liés au futur complexe Interpol pour l'innovation

Le complexe mondial Interpol pour l'innovation « bénéficiera de la mise en oeuvre d'une alliance multipartite, entre des policiers, des spécialistes de l'application des lois, des représentants des institutions publiques, du secteur privé et du milieu universitaire », explique la présidente d'Interpol, Mireille Ballestrazzi, mercredi 9 octobre 2013. Elle s'exprimait dans le cadre du CyberCercle, organisé par Défense et Stratégie. « Au sein de cette alliance, des partenariats stratégiques avec des acteurs clés du secteur privé » sont mis en oeuvre, comme Nec, Kaspersky Lab et Trend Micro. Mireille Ballestrazzi explique le rôle de ce complexe et le choix de sa localisation.

Lire la suiteLire la suite
« Les entreprises sont de plus en plus nombreuses aux côtés d'Interpol » (Ronald K. Noble)

« Nous sommes actuellement en train d'examiner les moyens de permettre aux compagnies aériennes, aux hôtels, aux banques, aux navires de croisières et aux agences de voyage de travailler avec Interpol, pour déterminer si les passeports présentés par leurs clients potentiels sont déclarés volés ou perdus », explique Ronald K. Noble, secrétaire général d'Interpol, lundi 8 juillet 2013, lors de l'ouverture du forum TAC (Technology against crime), à Lyon. « Ce n'est qu'une des grandes possibilités qui nous sont offertes à l'avenir », poursuit-il. Mireille Ballestrazzi, présidente d'Interpol, insiste sur l'importance de la coopération, entre les pays, les organisations et les secteurs.

Lire la suiteLire la suite
Le directeur exécutif des services de police d'Interpol détaille les missions de l'organisation lors du forum TAC

« Nous sommes, ni plus ni moins, un grand commissariat de police », affirme Jean-Michel Louboutin, directeur exécutif des services de police d'Interpol, mardi 9 juillet 2013. Il s'exprimait lors d'un point presse organisé au forum TAC (Technology against crime), à Lyon. « Nous avons un réseau de communication globale pour permettre aux pays de communiquer entre eux. Interpol dispose d'un centre de commandement et de coordination, qui travaille 24 heures sur 24. Nous avons créé des bases de données mondiales car il n'y a plus de criminalité locale ou régionale », poursuit-il. Jean-Michel Louboutin décrit l'utilisation des bases de données et leur évolution depuis une dizaine d'années.

Lire la suiteLire la suite