Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

ICF Habitat finalise la rénovation énergétique d'un immeuble parisien s'inscrivant dans le projet européen Beem-Up

La résidence parisienne Cotentin-Falguière (XVe) doit être livrée fin avril 2014, après un an de travaux dans le cadre d'une rénovation énergétique, indique ICF Habitat Novedis, maître d’ouvrage, jeudi 3 avril lors d’une visite du chantier. Cette rénovation s’inscrit dans le projet européen Beem-Up, qui "promeut l’efficacité énergétique des bâtiments, avec l’objectif de reproduire les bonnes pratiques à grande échelle en Europe", explique Charlotte Thélot, chargée de mission développement durable à ICF Habitat. L’immeuble parisien fait partie des trois bâtiments pilotes sélectionnés, avec ceux situés à Alingsas en Suède, et Delft aux Pays-Bas.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Plan rénovation thermique : J.Pestre et M.Torrents présentent aux professionnels les « grandes lignes » de leurs travaux

Jacques Pestre, directeur général adjoint du groupe Point P, et Marcel Torrents, président du directoire de Delta Dore, les deux chefs de projet du plan « rénovation thermique des bâtiments » lancé en septembre dernier (AEF Habitat et Urbanisme n°460875), ont présenté ce vendredi 7 février 2014 aux professionnels du bâtiment les six « grandes lignes » de la feuille de route qu'ils remettront au ministre du Redressement productif « début mars ». Ils appellent notamment à faire du label RGE la « colonne vertébrale de la rénovation énergétique », à améliorer la lisibilité des dispositifs de soutien, à fixer un horizon au terme duquel « tous les logements seraient en classe A ou B » ou encore à créer une structure commune aux industriels et négociants qui « prendrait en main l'animation de la filière ».

Lire la suiteLire la suite
Rénovation énergétique des logements : « La fabrique écologique » fait 3 propositions pour stimuler la demande

Comment stimuler la demande en matière de rénovation énergétique des logements, alors que les objectifs gouvernementaux restent pour l'heure hors de portée malgré un panel important d'incitations financières ? C'est à cette problématique que tente de répondre « La fabrique écologique », think-tank « pluraliste » présidé par Géraud Guibert, élu municipal et communautaire (PS) du Mans (Sarthe), à travers sa note « Le défi de la rénovation énergétique des logements », publiée jeudi 6 février 2014. L'organisation formule trois propositions « clés », qui « vont de l'incitatif au contraignant avec un déploiement qui irait du court au long terme » : adopter une logique de marque pour « vendre la rénovation énergétique différemment », « instaurer et généraliser des carnets de santé des logements », et « introduire des signaux réglementaires en faveur de la rénovation, notamment via la constitution d'une réserve financière ».

Lire la suiteLire la suite
« La garantie de performance énergétique pourrait se mettre en oeuvre sans CPE » (échos du séminaire d'ICF Habitat)

« La garantie de performance énergétique pourrait se mettre en oeuvre sans CPE [contrat de performance énergétique] », lance Catherine di Costanzo, responsable du département énergie et développement durable de l'USH, invitée à s'exprimer lors d'une table ronde sur les perspectives de déploiement du dispositif dans le logement social organisée par ICF Habitat, jeudi 24 mai 2012. « Le secteur tertiaire dispose de l'annexe environnementale dans les baux (AEF Habitat et Urbanisme n°216450). On peut créer des dispositifs sur ce modèle », assure Catherine di Costanzo. Si elle reconnaît que le CPE a la vertu d'amener l'ensemble des acteurs de la construction ou de la réhabilitation à travailler différemment et avec les habitants, et « permet une transversalité au sein même des équipes », elle met en exergue certains « points de vigilance » qui nécessitent de « suivre le CPE dans la durée pour identifier les marges de progrès ».

Lire la suiteLire la suite