Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Enquête sur les regroupements franciliens : Sorbonne Paris Cité, une "université de Londres" à la française ?

Sorbonne Paris Cité, 13 membres (1), 120 000 étudiants, poids lourd en sciences de la vie mais aussi en langues et civilisations, serait l'une des Comue franciliennes qui fonctionnent le mieux et dont l'ambition du projet pourrait rivaliser avec celui de Saclay. Mais, si les chefs d'établissements convergent sur le projet, le modèle et la gouvernance, reste à accrocher et convaincre la communauté universitaire dont une partie s'oppose de manière virulente au projet d'idex et de Comue. Ce 3e volet de l'enquête AEF sur les regroupements franciliens, après Hesam et Paris Lumières, revient sur l'histoire de SPC, sur la "solidarité" qui s'est forgée entre les présidents – malgré un désaccord sur la fusion – aujourd'hui confrontés à une opposition minoritaire mais très active, et sur le fonctionnement, les réalisations et les projets de la Comue, à qui ne sera transférée aucune compétence.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Sorbonne Paris Cité : un projet « ambitieux » mais « encore vulnérable » du fait de la faible adhésion des communautés

Le projet porté par Sorbonne Paris Cité est « ambitieux » mais « encore vulnérable » du fait de la faible adhésion des communautés universitaires, estime l'Aeres dans un rapport sur le PRES parisien, daté de novembre 2013. Les huit membres du PRES (1) travaillent actuellement sur les statuts de la nouvelle CUE pour 2014 et parallèlement les quatre universités membres envisagent de fusionner en 2016, ce qui fait dire à l'Aeres que le calendrier est « particulièrement contraignant ». Le rapport liste également les actions réalisées par le PRES, souligne qu'il représente « un opérateur de recherche de dimension internationale » et en salue « l'omnidisciplinarité », notant la nécessité de constituer une offre de formation « harmoniseuse ».

Lire la suiteLire la suite