Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les Safer doivent être plus transparentes, sous le contrôle renforcé de l'État (Cour des comptes)

La Cour des comptes relève, dans son rapport annuel rendu public mardi 11 février 2014, « les dérives » des Safer et appelle l'État à renforcer sa tutelle, à faire progresser la transparence de cet outil de politique d'aménagement agricole et rural, et à recentrer ses activités sur ses missions d'intérêt général. Dans sa réponse adressée à la Cour, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll rappelle qu'un « renforcement du contrôle de l'État sur les Safer » est prévu dans le cadre du projet de loi d'avenir pour l'agriculture en cours d'examen au Parlement (AEF Habitat et Urbanisme n°473639) et qu'une « simplification des conditions de financement des Safer sera mise à l'étude en 2014 pour une entrée en application en 2015 ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Sovafim doit « cantonner » son activité à la gestion des dossiers en cours (rapport annuel de la Cour des comptes)

Dans son rapport public annuel, publié mardi 11 février 2014, la Cour des comptes recommande de « cantonner l'activité de la Sovafim à la gestion des dossiers en cours et à l'opération Ségur-Fontenoy » (VIIe arrrondissement de Paris). En 2011, la Cour avait préconisé de dissoudre cette société « très peu rentable » et « sans réelle utilité » (AEF Habitat et Urbanisme n°247704). Trois ans plus tard, elle explique que sans la décision de l'État de confier à la Sovafim la transformation de l'îlot Ségur Fontenoy, elle « n'aurait pu que renouveler sa recommandation de dissolution immédiate ». Mais « il est désormais impossible de remettre en cause [cette opération d'aménagement], en raison des délais et des coûts qui en résulteraient », explique la Haute juridiction. Elle envisage donc de réexaminer la situation de la Sovafim en 2017, date de la livraison de l'îlot rénové.

Lire la suiteLire la suite
L'État doit « refonder » sa politique de transformation des foyers de migrants en résidences sociales (Cour des comptes)

La Cour des comptes pointe, dans son rapport annuel rendu public mardi 11 février 2014, une « véritable déshérence administrative » en matière de transformation des foyers de travailleurs migrants en résidences sociales, et formule six recommandations pour « refonder » la politique de l'État en la matière. Elle l'invite notamment à « renforcer le pilotage interministériel », « revoir les objectifs du plan de transformation des foyers en ciblant les priorités » ou encore à « actualiser la connaissance des publics » accueillis dans ces structures. Car malgré des progrès « réels », la rénovation immobilière des foyers demeure « trop lente et de plus en plus coûteuse » et l'accompagnement social des publics trop limité. L'an dernier, la Cour des comptes avait pointé des « dérives corrigées tardivement » lors du passage de la Sonacotra à Adoma, le principal organisme de gestion de foyers de travailleurs migrants (AEF Habitat et Urbanisme n°195946).

Lire la suiteLire la suite
Terres agricoles : en flux financier, le marché de l'urbanisation est inférieur en 2012 au marché agricole (FNSafer)

« Pour la première fois depuis 2007, le marché de l'urbanisation [terrains constructibles pour les équipements, les zones d'activité ou le logement] enregistre en 2012, avec 4,1 milliards d'euros, un flux financier inférieur à celui du marché agricole », indique la fédération nationale des Safer (sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural) dans sa note « Le prix des terres » de juin 2013. Elle constate que la pression foncière urbaine sur les terres agricoles et les espaces naturels est « en recul mais reste à un niveau significatif » : « Les promoteurs se retirent, les particuliers restent, en raison, sans doute, d'un besoin de logement. Les collectivités freinent et achètent de plus petites surfaces. » Globalement, à l'exception de certaines niches soutenues par la croissance mondiale (vignobles haut de gamme et zones de grandes cultures), la fédération fait état d'une « rechute quasi-générale des marchés fonciers ruraux ».

Lire la suiteLire la suite