Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Protection des navires : entre 400 et 500 emplois pourraient être créés avec le projet de loi (Frédéric Cuvillier)

Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports et de la Mer, présente un projet de loi visant à autoriser et à encadrer le recours à des entreprises privées de protection à bord des navires français dans les zones les plus exposées à la piraterie, vendredi 3 janvier 2014, en conseil des ministres. « L'accès au secteur sera rigoureusement encadré par la mise en place d'une autorisation similaire à celle existant pour les activités de protection exercées à terre », comme le trransport de fonds, explique le ministère, dans un document de présentation. Selon Frédéric Cuvillier, « entre 400 et 500 emplois » seront crées pour sécuriser les navires.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Allemagne : les entreprises de sécurité spécialisées dans la protection des navires devront être certifiées

« Les entreprises de sécurité privée peuvent désormais demander un permis pour fournir une protection armée aux navires allemands exposés à la piraterie », explique un article de la « Deutsche Welle », publié vendredi 21 juin 2013. « A partir du 1er décembre 2013, seules les entreprises de sécurité certifiées seront autorisées sur les navires marchands de pavillon allemand », poursuit l'article. Pour le gouvernement allemand, la décision n'a « pas été facile ».

Lire la suiteLire la suite